Bouillon blanc

Le bouillon blanc, c’est quoi ?

Le bouillon blanc (Verbascum thapsus L.) est une plante herbacée biannuelle de la famille de Scrophulariaceae.  Elle est appelée aussi molène ou grande molène.

En sa première année, la plante produit une rosette de feuilles. Ces feuilles sont ovales, de grande taille et recouvertes de poils laineux blancs d’où le nom de la plante « bouillon blanc ». Lors de la deuxième année, la plante produit une haute hampe (1 à 2 m de hauteur) qui se termine en un épi dense de fleurs. Ces fleurs sont à cinq pétales et de coloration jaune. Les fruits sont sous la forme d’une capsule qui contient des graines de couleur brune.

La répartition géographique de bouillon blanc est vaste. On la trouve dans toute l’Europe, en Afrique du Nord et en Asie.  Cette plante a été ensuite introduite en Australie et Amérique de Nord.

Planche botanique de bouillon blanc
Planche botanique de bouillon blanc

Quelles parties du bouillon blanc utiliser ?

Pour le bouillon blanc, toutes les parties de la plante sont riches en substances actives et présentent des vertus thérapeutiques. Dans cet article on va s’intéresse uniquement aux fleurs  qui ont fait l’objet d’une monographie à la Pharmacopée Européenne et qui  ont été traités par de nombreuses études scientifiques.

Les fleurs de bouillon blanc sont récoltées de juin à septembre et elles doivent être immédiatement sécher après la récolte.

Ces fleurs contiennent différentes classes de métabolites. Ils sont riches en mucilages acides (2 à 3%) qui sont des polysaccharides hétérogènes d’acide uronique, de galactose et d’arabinose. Ils contiennent aussi des iridoïdes telles que aucubin et verbascoside, des saponosides de type triterpéniques qui sont  thapsuins A and B, and hydroxythapsuins A and B. On trouve dans les fleurs de bouillon blanc des flavonoïdes telles que les 6-hydroxyluteoline 7-glucoside et le  3’-methylquercetine rhamnoside et des esters osidiques de composés phénoliques comme  forsythoside B et alyssonoside.

On note aussi la présence de caroténoïdes, qui sont responsables de la coloration jaune de fleurs, et de phytostérols.

 Quels sont les bienfaits du bouillon blanc ?

Les fleurs de bouillon blanc possèdent plusieurs activités. Elles ont une action anti-oxydante et antiradicalaire intéressante. Les fleurs de bouillon blanc ont aussi un effet antimicrobien vis-à-vis de certaines bactéries et virus pathogènes. L’action antibactérienne est rapportés avec des bactéries comme Klebsiella pneumoniae, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus aureus. Cette activité antibactérienne est attribuée aux saponosides. Plusieurs études ont montré aussi l’action antivirale de bouillon blanc vis-à-vis de virus de l’influenza.

Le verbacoside et l’aucubin sont des iridoïdes présents dans les fleurs de bouillon blanc et qui possèdent un effet anti-inflammatoire et analgésique significatif démontrée par plusieurs études réalisées in vivo sur des animaux.

Le bouillon blanc possède un pouvoir cicatrisant intéressant : une étude réalisée sur des lapins a montré que l’extrait de fleurs de cette plante possède une action cicatrisante associée à un effet régénératif sur la peau avec une formation accrue d’épiderme et de tissu conjonctif. Les composés responsables de cette action cicatrisante et régénératrice n’ont pas été identifiés.

Les fleurs de bouillon blanc possèdent aussi une action antitussive et expectorante utilisée en médecine traditionnelle : En effet ces fleurs font partie de la « tisane des quatre fleurs » qui contient réellement 7 fleurs dont le tussilage, le coquelicot, la mauve et la guimauve.

Grace à sa composition en métabolites primaires et secondaires, les fleurs de bouillon blanc peuvent à la fois être indiquées pour la toux sèche ainsi que la toux grasse, appelée aussi toux productive : Les mucilages présents à une concentration importante permettent de recouvrir et protéger les muqueuses  et lutter ainsi contre la toux sèche. Alors que les saponosides présents également au niveau de ces fleurs vont par irritation des muqueuses favoriser la production de sécrétion. Cet effet expectorant est utile en cas de toux grasse.

Comment utiliser le bouillon blanc ?

Les fleurs séchées de bouillon blanc peuvent être utilisée en usage externe pour favoriser la cicatrisation et en usage interne pour la toux.

En usage externe, on peut préparer une décoction concentrée en utilisant deux poignées de fleurs et feuilles de bouillon blanc qu’on laisse bouillir pendant 10 minutes dans 1 litre d’eau. On utilise cette décoction en lotion sur les ulcères cutanés et les plaies.

Par voie orale, on prépare une infusion en utilisant 1,5 à 2 g de fleurs de bouillon blanc pour une tasse d’eau bouillante. On laisse infuser pendant 10 minutes. On prend 3 à 4 tasses par jour.

Quelles précautions prendre avec le bouillon blanc ?

Aucun cas d’intoxication par le bouillon blanc n’a été rapporté. L’European Medicines Agency recommande dans son rapport concernant cette plante de ne pas utiliser les fleurs de bouillon blanc chez les enfants de moins de 12 ans par manque de données.

Références

1- Muhammad Riaz et al. (2013). Common mullein, pharmacological and chemical aspects. Brazilian Journal of Pharmacognosy 23 : 948-959.

2- Borhan Mehdinezhad et al. (2011).Comparison of In-vivo Wound Healing Activity of Verbascum Thapsus Flower Extract with Zinc Oxide on Experimental Wound Model in Rabbits. Advances in Environmental Biology 5(7): 1501-1509.

3- Vladimir Mihailovic et al. (2016).Chemical profile, antioxidant activity and stability in stimulated gastrointestinal tract model system of three Verbascum species. Industrial Crops and Products 89 : 141–151.

4- European Medicines Agency. (2009). Assessement Report On Verbascum thapsus L., V. densiflorum Bertol.; V. phlomoides L., Flos with traditional use.

5- Jean Valnet. (1983). Phytothérapie. Maloine. 5ème éd. 942 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *