Séné

Le séné, c’est quoi ?

Le séné est un arbuste de la famille de Fabaceae. Il y a principalement deux espèces de séné : Le séné d’Alexandrie ou de Khartoum (Cassia senna L.) et le séné d’Inde ou de Tinnevelly (Cassia angustifolia Vahl.). La tige de cette plante est de couleur verte et atteint rarement 2 mètres de hauteur. Ses feuilles sont composées paripennées. Ses fleurs sont à pétales jaunes veinés de brun. Le fruit est une gousse aplatie qui peut être soit arquée et réniforme, soit allongée selon l’espèce.
Les deux espèces de séné sont originaires des régions désertiques. Le séné d’Alexandrie est originaire du nord-est de l’Afrique. Le séné d’Inde est originaire de péninsule arabique mais il est largement cultivé en Inde et en Pakistan.

Quelles parties de séné utiliser ?

On utilise les feuilles et les gousses séchées de séné d’Alexandrie ou d’Inde ou un mélange de deux espèces.

Les feuilles et les gousses de deux espèces présentent une composition chimique voisine: On trouve des flavonoïdes et des polysaccharides acides. Les dérivés naphtaléniques permettent de différencier entre les deux espèces : le glucoside 6-hydroxymusizine est caractéristique de séné d’Alexandrie alors que le glucoside de tinnevelline est caractéristique de séné d’Inde.

Les substances actives, responsables de l’action thérapeutique de séné, sont les hétérosides anthracéniques. Dans les feuilles et les gousses séchées, on trouve principalement les sennosides qui sont des hétérosides à génine dianthronique. Par ailleurs, les feuilles et les gousses fraîches ne contiennent pas  les dérivés dianthroniques tels que les sennosides mais majoritairement des hétérosides d’anthrones. En effet,  cette réaction de dimérisation des anthrones en dianthrones s’effectue pendant le séchage, à une température qui ne dépasse pas 40°C, par un processus enzymatique. Les drogues fraîches possèdent un effet laxatif très violent d’où la nécessité de n’utiliser que des feuilles ou des gousses séchées pour l’usage thérapeutique.

Quels sont les bienfaits de séné ?

Grâce à la présence des hétérosides anthracéniques, les feuilles et les gousses séchées de séné possèdent une action laxative. En effet, les hétérosides anthracéniques sont des laxatifs stimulants.

Le séné est essentiellement indiqué dans  pour le traitement de la constipation occasionnelle pendant une courte durée qui ne dépasse pas les 10 jours.

Comment utiliser le séné ?

On peut trouver en pharmacie des feuilles et des gousses standardisées de séné, dont la concentration en hétérosides anthracéniques est connue et mentionnée sur l’emballage. On doit utiliser une quantité de feuilles ou de gousses qui  correspond à une dose d’hétérosides anthracéniques ne dépassant pas 30 mg par jour. Cette dose doit être prise en une seule fois le soir afin d’avoir l’effet  laxatif le lendemain matin. Normalement, il suffit de prendre le séné deux à trois fois par semaine pour avoir l’effet souhaité.

On n’encourage pas l’utilisation de feuilles et de gousses séchées non standardisées, c’est pour cela que je ne vais pas donner la quantité de feuilles ou de gousses à utiliser pour préparer une infusion.

Quelles précautions prendre avec le séné ?

Le séné ainsi que les médicaments à base de séné doivent être pris avec prudence à cause de leurs effets indésirables tels que les nausées, vomissements, douleurs abdominales, irritation du colon et l’hypokaliémie. Cette hypokaliémie est à l’origine de plusieurs interactions médicamenteuses notamment avec les digitaliques, les diurétiques et les anti-arythmiques.

Le séné est contre-indiqué pour les patients qui souffrent d’une appendicite, une obstruction intestinale ou d’une maladie inflammatoire du colon tel que la maladie de Crohn. Il est également contre-indiqué pour les enfants de moins de 12 ans et pour les femmes enceintes et allaitantes.

Références

1- Jean Bruneton. (2009). Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales. Lavoisier. 4éd. 1292 pages.

2- Committee on herbal medicinal product. (2007).Assessement report on Cassia senna L. and Cassia angustifolia Vahl, folium.

3- Committee on herbal medicinal product. (2006). Community herbal monograph on  Cassia senna L. and Cassia angustifolia Vahl, fructus.

4- Franz G. (1993). The senna drug and its chemistry. Pharmacology 47 (1) : 2-6.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *