Tussilage

Le tussilage, c’est quoi ?

Le tussilage (Tussilago farfara L.) est une plante herbacée vivace de la famille des Asteraceae. Son nom scientifique « Tussilago » provient du latin tussis, « toux » et de « agere » qui signifie  « chasser », en allusion à ses vertus médicinales. En France, elle est aussi appelée « pas d’âne » à cause de la forme des ses feuilles qui sont en sabots.

Le tussilage est une petite plante dont la tige, qui est écaillée, ne dépasse pas 30 cm de hauteur. Ses feuilles sont sous forme d’un sabot d’âne et peuvent atteindre 20 cm de diamètre. Ses fleurs sont des capitules solitaires à languettes étroites et de coloration jaune. Il est important de noter que les feuilles apparaissent après la floraison et que les feuilles et fleurs ne sont jamais présentes en même temps. Les fruits sont des akènes d’aspect laineux.

Le tussilage est présent en Europe, Amérique de Nord et Asie dans les lieux frais et les sous-bois.

Planche botanique du tussilage
Planche botanique du tussilage (Tussilago farfara L.)

Photo fleur et fruit de tussilage©www.hautesavoiephotos.com

Quelles parties du tussilage utiliser ?

On utilise les fleurs et les feuilles séchés. Les fleurs apparaissent en mois de février et  elles sont cueillies en bouton et continuent à s’ouvrir au cours du séchage qui doit se faire immédiatement après la cueillette. Les feuilles apparaissent en mois d’avril. Les feuilles et les fleurs ne sont pas présentes en même temps mais ils sont de composition chimique presque identique.

En effet, les fleurs et les feuilles sont riches en mucilage (6 à 10%) constitué par l’inuline et des polysaccharides acides d’arabinose, glucose, galactose, fructose et d’acide uronique. On trouve aussi des tanins, des flavonoïdes notamment le kaempférol, le quercétine et leurs dérivés glycosylés et des acides phénols telles que l’acide chlorgénique, l’acide caféique et l’acide di-caffeoylquinique…

Les autres composés chimiques sont des terpènes : on note la présence des monotepènes tel que α-fenchocamphorone, des sesquiterpènes tels que le β-bisabolene et le tussilagone et des triterpènes comme le béta-amyrine, arnidiol et faradiol.

On peut trouver des alcaloïdes pyrrolizidiniques à l’état de traces telles que sénécionine, tussilagine et senkirkine. Ces alcaloïdes sont présents surtout dans les plantes asiatiques et américaines. Les plantes de culture européenne sont dépourvues d’alcaloïdes pyrrolizidiniques.

Quels sont les bienfaits du tussilage ?

Le tussilage est connu depuis longtemps pour ses propriétés antitussives. Les mucilages qui se trouvent dans les feuilles et les fleurs du tussilage vont couvrir les muqueuses d’une couche protectrice adoucissante qui réduit l’inflammation et la toux. D’autres composés peuvent être impliqués dans l’action antitussive tels que les acides phénols et notamment l’acide di-caffeoylquinique. Les fleurs sèches de tussilage font partie de la fameuse « tisane des 4 fleurs » qui contient réellement 7 espèces (mauve, guimauve, bouillon blanc, tussilage, coquelicot, pied-de-chat, violette) et qui est utilisée contre la toux.

Plusieurs études ont montré l’importante action anti-inflammatoire du tussilage. Cette action s’exerce surtout au niveau des voies respiratoires. C’est pour cela que le tussilage est indiqué dans les inflammations de la sphère ORL (pharyngite, stomatite…) et dans les bronchites aigues.

D’autres études ont montré l’action anti-oxydante, anti-radicalaire et l’action inhibitrice sur la production monoxyde d’azote qui peuvent être responsables de l’effet neuroprotecteur de cette plante. Enfin le tussilage possède une action antibactérienne notamment sur Mycobacterium tuberculosis, le germe qui cause la tuberculose.

Comment utiliser le tussilage ?

Les fleurs ou les feuilles séchés du tussilage s’utilisent surtout par voie orale pour leurs propriétés antitussive et anti-inflammatoire.

On prépare une infusion en utilisant 4 à 6 g de fleurs ou de feuilles de tussilage (l’équivalent d’une cuillère à café) pour une tasse d’eau bouillante. On laisse infuser de 5 à 10 minutes. On prend 3 tasses par jour.

En utilisation traditionnelle,  certains auteurs recommandent de fumer les feuilles du tussilage en cigarettes (pour traiter l’asthme et la toux).

Quelles précautions prendre avec le tussilage ?

La présence des alcaloïdes pyrrolizidiniques nous oblige à prendre des précautions avec le tussilage. En effet, à cause de l’effet hépatotoxique de ces alcaloïdes, il ne faut pas dépasser un mois d’utilisation.

Le tussilage est aussi contre-indiqué pour les femmes enceintes et allaitantes.

Références

1- Lim HJ et al. (2014). In vitro neuroprotective activity of sesquiterpenoids from the flower buds of Tussilago farfara. Journal of Enzyme Inhibition and Medicinal Chemistry 30 (5): 852-856.

2- Qin ZB et al. (2014). Sesquiterpenoids from Tussilago farfara and their inhibitory effects on nitric oxide production. Planta Medica 0(8-9):703-709.

3- K. Ghédira et P. Goetz. (2015).Tussilage : Tussilago farfara L. (Asteraceae). Phytothérapie 13:406-409.

4- Wu QZ et al. (2016). Antitussive, expectorant, and anti-inflammatory activities of four caffeoylquinic acids isolated from Tussilago farfara. Pharmaceutical Biology 54 (7): 1117-1124.

5- Jean Valnet. (1983). Phytothérapie. Maloine. 5ème éd. 942 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *