Valériane

La valériane, c’est quoi ?

La valériane (Valeriana officinalis L.) est une plante herbacée biannuelle de la famille de Valerianaceae. C’est une plante très odorante et dont l’odeur est très prisée par les chats d’où son appellation « herbe aux chats ». Sa tige est creuse mais robuste et peut atteindre jusqu’à 2 mètres de hauteur. Les feuilles, dont les lobes sont dentées et la face inférieure est velue, sont en rosette à la base et opposées sur la tige. Cette plante possède des petites fleurs de couleur rose ou blanche, qui apparaissent de Mai à Août, disposées à l’extrémité de la tige de façon ombelliforme. Le rhizome est de 3 cm de long, jaunâtre à l’extérieur, blanchâtre à l’intérieur, est garni de nombreuses radicelles de 10 à 20 cm. Enfin, le fruit est un akène, surmonté d’une aigrette de soies.

Planche botanique de la valériane
Planche botanique de la valériane (Valeriana officinalis L.)

La Valériane se retrouve sur la quasi-totalité de l’Europe, jusqu’à l’extrémité Est de la Russie, sur la totalité du continent Américain, notamment sur la moitié Nord, et la face Ouest de l’Amérique du Sud, elle est peu présente en Afrique, hormis en Afrique du Nord.

Quelle partie de la valériane utiliser ?

En thérapeutique, on utilise les organes souterrains séchés à une température inférieur à 40°C . En effet, les principes actifs de la valériane s’hydrolysent sous l’effet de la température et perdent leur potentiel thérapeutique.

Les racines de la valériane contiennent des iridoïdes (0,8 à 1,7%) qui sont non hétérosidiques (ne contiennent pas une partie sucrée contrairement à la plupart des iridoïdes) et de structures très proches : Ces iridoïdes sont appelées les valépotriates.

Les racines renferment aussi des sesquiterpènes (isovalérate de bornyl, l’acide valérianique, valérénal…) et des monoterpènes (acétate de bornyl, camphène, alpha-pinène…). Les monoterpènes et les sesquiterpènes volatils composent l’huile essentielle de la valériane. Le rendement de cette huile essentielle peut atteindre 20 ml pour 1 Kg.

On peut trouver d’autres métabolites secondaires mais à des taux très faibles tels que les alcaloïdes (Valérianine, actinidine), les lignanes, les flavonoïdes et les acides phénols…

Quelles sont les bienfaits de la valériane ?

Les organes souterrains de la valériane sont connus pour leurs propriétés sédatives d’ou ils sont indiqués pour la prise en charge des cas de troubles du sommeil. De nombreuses études ont été menées sur la Valériane et ses actions dans les troubles du sommeil. Ces études ont confirmé l’efficacité de cette plante dans l’amélioration de la qualité de sommeil avec des résultats comparables à celles trouvés avec les médicaments hypnotiques commercialisés.

En plus, la valériane est indiquée en phytothérapie pour réduire la nervosité des adultes et des enfants. Un essai clinique réalisé sur des enfants de moins de 12 ans a permis de démontrer l’efficacité de l’association (extrait de mélisse/extrait de valériane) dans le traitement de l’hyperactivité de l’enfant. L’association de ces deux plantes médicinales, connues pour leurs propriétés sédatives, a permis de réduire les symptômes d’hyperactivité et d’améliorer la qualité de sommeil des enfants sans la survenue d’effets indésirables graves. De même, chez l’adulte, la valériane permet seul ou en association avec d’autres plantes médicinales de soulager les symptômes légers de stress mental.

Ces propriétés sédatives sont les résultats des interactions au niveau des récepteurs GABA et des récepteurs aux barbituriques. Des études plus poussées ont montré que l’acide valérianique serait le composé responsable de l’inhibition du métabolisme de neurotransmetteur GABA ce qui a pour conséquence les propriétés relaxante et hypnotiques des racines de la valériane.

Comment utiliser la valériane ?

Les racines de la valériane sont essentiellement utilisées pour les préparations administrées par voie orale mais peuvent être utilisées comme additif pour un bain relaxant.

Pour le traitement des troubles de sommeil, la valériane est administrée en dose unique une demi-heure à une heure avant l’heure de couchée alors que pour réduire le stress mental et la nervosité, les préparations à base de la valériane sont administrées jusqu’à 3 fois par jour. La durée du traitement doit être au minimum de 2 à 4 semaines afin d’obtenir une efficacité thérapeutique de la plante.

On peut préparer une infusion en utilisant 0,3 à 3 g de racines séchées pour une tasse d’eau bouillante qu’on laisse infuser pendant 10 minutes. La posologie est d’une à trois tasses par jour selon l’indication. On peut aussi utiliser l’extrait sec, à l’ordre de 0,3 à 1 g, en 3 prises maximum.

En plus, on peut ajouter 100 g de valériane pour faire un bain relaxant. La température de l’eau doit être entre 34 et 37 °C et la durée de bain ne doit pas dépasser les 20 minutes.

Quelles précautions prendre avec la valériane ?

Les effets indésirables de la valériane sont généralement d’ordre gastro-intestinal (nausée, crampes abdominales…) et souvent sans gravité. Par précaution, on évite d’administrer cette plante aux femmes enceintes et allaitantes. Egalement, comme d’autres médications sédatives, la valériane ne doit pas être prise lors de la conduite d’automobile ou le maniement d’engins parce elle peut causer la diminution de l’attention.

A une dose supérieure à 20 g, les racines de valériane deviennent toxiques et peuvent provoquer des troubles diverses tels que la fatigue, les crampes abdominales, l’oppression thoracique, l’étourdissements, les tremblements et une mydriase.

Références

1. Committee on Herbal Medicinal Products. (2016). European Union herbal monograph on Valeriana officinalis L., radix

2. Mehdi El Ouazani. (2016). Données pharmacologiques sur l’utilisation de la valeriana dans les troubles du sommeil. Sciences pharmaceutiques. 2016. <dumas-01334716>

3. Ghedira Kamel et al. (2008). Valeriana officinalis L.. Phytothérapie 6: 253–257.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *