Vigne rouge

La vigne rouge, c’est quoi ?

La vigne rouge (Vitis vinifiera L. variété tinctoria) est une plante ligneuse grimpante (liane) de la famille de Vitaceae. Le terme « vigne rouge » correspond à des cultivars de vigne à raisin noir et à pulpe rouge dont le feuillage rougit à l’automne, partiellement ou totalement. Les feuilles sont alternes, grandes et palmatilobées. L’écorce vieille est grisâtre, et se desquame en fines lanières verticales. Les racines s’enfoncent jusqu’à 5 m en profondeur et permettent à la plante de résister à la sécheresse.

La vigne est originaire d’Anatolie (Turquie), elle croît spontanément en Europe méridionale, en Afrique du Nord, en Asie occidentale. La culture pour le raisin est intense à travers le monde.

Quelle partie de la vigne rouge utiliser ?

On utilise les feuilles de vigne rouge. Les feuilles sont récoltées en automne quand elles prennent une teinte rougeâtre, qui est synonyme de leur richesse en anthocyanosides.

Les feuilles de vigne rouge sont donc riches en anthocyanosides (plus que 0,2% de la matière sèche) notamment les glucosides de cyanidol et péonidol. Ces feuilles contiennent aussi d’autres polyphénols tels que les tanins qui sont essentiellement des tanins hydrolysables et les flavonoïdes comme les hétérosides de quercétine et de kaempférol. On note aussi la présence de certains acides phénols tels que l’acide monocaféyl-tartrique et les acides phénylpropanoïques.

Quels sont les bienfaits de la vigne rouge ?

Les extraits des feuilles de vigne rouge présentent une importante activité antioxydante et antibactérienne in vitro, grâce à leur richesse en polyphénols. Les études sur les rats ont montré que ces feuilles présentent aussi une action anti-inflammatoire et anti-œdémateuse.

En thérapeutique, les feuilles de vigne rouge sont connues pour être des veinotoniques, qui sont indiquées pour le traitement symptomatique des pathologies liés à l’insuffisance veineuse et la faiblesse des vaisseaux capillaires. En effet, elles permettent de soulager l’inconfort liés aux jambes lourdes. En plus, Elles soulagent les douleurs liées aux crises hémorroïdaires. Enfin, elles permettent de renforcer la paroi des capillaires et prévenir les symptômes liés à la rupture de cette paroi tels que les pétéchies et les ecchymoses (des hémorragies sous-cutanées « bleus »).

En ophtalmologie, l’extrait mou des feuilles de vigne rouge était utilisé en France sous forme de collyre pour le traitement des irritations conjonctivales d’origine non infectieuse qui est du essentiellement à l’éblouissement soit par le soleil, soit par la neige.

Comment utiliser la vigne rouge ?

Les feuilles de vigne rouge peuvent être utilisées par voie orale, par application cutanée ou même sous forme d’un collyre.

Par voie orale, On préparer une infusion en utilisant 5 à 10 g des feuilles avec 250 ml d’eau bouillante. On prend cette infusion deux fois par jour.

En application cutanée, on peut préparer une crème à base de l’extrait mou des feuilles de vigne rouge à l’ordre de 280 mg d’extrait mou pour 10 g de crème. L’extrait mou est obtenu en utilisant 3 g de feuilles pour 1 ml d’eau. La crème ne doit pas être utilisé sur une plaie, sur un ulcère cutané, autour des yeux ou sur les muqueuses.

Quelles précautions prendre avec la vigne rouge ?

Les feuilles de vigne rouge ne présentent aucune toxicité. Des cas d’allergie de contact à la suite d’une utilisation par voie locale ont été rapportés. Par voie orale, les préparations à base de vigne rouge peuvent provoquer des troubles gastro-intestinaux.

Références

1- Kamel Ghedira et al. (2012). Vitis vinifera var. tinctoria L. : vigne rouge Ampelidaceae (Vitaceae). Phytothérapie 10 :257–262.

2- Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2016). European Union herbal monograph on Vitis vinifera L., folium.

3- Jean Bruneton. (2009). Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales. Lavoisier. 4éd. 1292 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *