Moringa

Le moringa, c’est quoi ?

Le moringa (Moringa oleifera Lam.), appelée aussi « arbre aux miracles » « arbre de vie », est un arbre qui représente l’unique espèce de la famille de Moringaceae. Il s’agit d’un arbre à croissance rapide qui peut atteindre une hauteur de 12 m. Son écorce est de couleur gris blanchâtre. Les feuilles, qui tombent en automne et se renouvellent au printemps, sont tripennées. Les fleurs sont odorantes et se composent de 5 pétales de tailles inégales et de coloration blanche. Le fruit est une capsule pendante de coloration brune qui renferme des graines globuleuses portant trois ailes blanchâtre pour faciliter la dissémination de l’espèce.

Le moringa est originaire de l’Inde et il s’est acclimaté à toutes les régions tropicales en Asie et en Afrique. Cet arbre est aussi connu pour sa résistance à la sècheresse.

Planche botanique de moringa
Planche botanique de moringa (Moringa oleifera Lam.)

Quelles parties du moringa utiliser ?

On utilise les feuilles, les fruits et les graines du moringa pour leurs propriétés nutritionnelles et médicinales.

Le moringa est une plante particulièrement nutritive d’où son utilisation pour lutter contre la malnutrition dans certains pays tropicaux. Les différentes parties de cette plante sont riches en protéines, lipides, glucides.  Les protéines sont présents dans les différentes parties de moringa avec une vingtaine d’acides aminés identifiés. Les lipides sont abondants surtout dans les graines, principalement l’acide stéarique, l’acide palmitique saturé et l’acide oléique. On trouve également des glucides et des fibres.

Le moringa contient aussi plusieurs minéraux tels que le potassium, fer, calcium, magnésium, soufre et phosphore ainsi que plusieurs vitamines tels que le vitamine A, B2, B3, B7, B12, C et E. Il est rare qu’une seule plante puisse grouper une grande variété d’éléments nutritifs et en plus en grande quantité. Cependant, le moringa seul aurait un contenu en nutriments plus élevé que celui trouvé individuellement dans plusieurs différents types d’aliments comme le montre la figure ci-dessous.

moringa valeur nutritive
La valeur nutritive du moringa en la comparant à d’autres aliments (Fuglie1999; Revised in 2001 and Published as The Miracle Tree: The multiple attribute of Moringa: p172)

Le moringa contient aussi des métabolites secondaires qui sont responsables des activités thérapeutiques. Parmi ses métabolites secondaires, on note la présence des tanins, saponosides, alcaloïdes, flavonoïdes au niveau des feuilles. Les graines contiennent  l’acide gallique, les tanins, les flavonoïdes, les acides phénols et les phytostérols.

Quels sont les bienfaits du Moringa ?

On utilise le moringa comme complément alimentaire pour ses propriétés nutritives mais aussi pour ses vertus thérapeutiques. Toutes les parties de la plante possèdent une activité anti-oxydante. Cette activité est particulièrement forte dans les extraits de feuilles, qui sont riches en flavonoïdes, phénols et les vitamines A et C.

Beaucoup d’études réalisées sur des animaux suggèrent un rôle hépato-protecteur et un rôle néphroprotecteur des extraits de moringa. En effet, les extraits des feuilles permettent de protéger le foie et les reins vis-à-vis de certains médicaments et métaux lourds. Les antioxydants présents dans les feuilles de moringa sont probablement responsables de ces actions protectrices.

Ces composés doués d’activité anti-oxydante, présents dans les feuilles de moringa, ont également un rôle neuro-protecteur prouvé sur des cultures primaire de cellules d’hippocampe (une partie du cerveau). Cette activité peut être exploitée dans la prise en charge de la faiblesse cognitive et les états de démence qui sont fréquents chez les personnes âgées.

Les feuilles de moringa possèdent des effets métaboliques intéressants dans les cas de diabète de type 2 et de dyslipidémie. Des études cliniques sont en faveur d’une action hypolipémiante et hypoglycémiante de ces feuilles sur les sujets diabétiques. Autres études réalisées sur des animaux ont montré la capacité des extraits de moringa à prévenir la formation des plaques athéromateuses.

Les feuilles et les graines de moringa étaient utilisées en médecine traditionnelle pour traiter les états inflammatoires. Cette activité est prouvée par plusieurs études qui ont attribué l’effet anti-inflammatoire a à la présence des flavonoïdes et acides phénols.

Des études préliminaires réalisées sur des cultures de cellules cancéreuses ont montré des résultats intéressants avec le cancer colorectal, le cancer de foie et le cancer de seins sans toxicité sur les cellules non cancéreuses. Cette activité anticancéreuse est attribuée à certains stérols présents au niveau des feuilles et des graines.

Enfin, les différentes parties de moringa possèdent une activité antibactérienne sur des bactéries pathogènes telles que Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa, Klebsiella pneumoniae et Escherichia coli et une activité antifongique notamment sur Candida albicans et Aspergillus flavus.

Comment utiliser le moringa ?

On utilise préférentiellement les feuilles de moringa qui sont les plus riches en éléments nutritifs et médicinales. En usage thérapeutique, on peut utiliser la poudre de feuilles à raison de 2,5 à 5 g par jour. La poudre de feuilles peut être utilisée en vrac pour préparer des tisanes ou sous forme de gélules. Pour la préparation de tisanes, on préfère l’infusion à la décoction comme mode de préparation afin de préserver la valeur nutritive et médicinale de moringa.
Pour la prise en charge de la malnutrition, on peut utiliser des doses journalières qui peuvent aller de 10 à 30 g.

Quelles précautions prendre avec le moringa ?

Le moringa est une plante que ne présente aucune toxicité. En effet, les différentes parties de cette plante sont utilisées dans la cuisine indienne et aucun cas d’intoxication par cette plante n’a été rapporté.

Références

1- Raimunda Samia Nogueira Brilhante et al. (2017). Research advances on the multiple uses of Moringa oleifera: A sustainable alternative for socially neglected population. Asian Pacific Journal of Tropical Medicine 10 (7): 621-630.

2- Marcela Vergara-Jimenez et al. (2017). Bioactive Components in Moringa Oleifera Leaves protect against Chronic Disease. Antioxidants   6 ( 91): 1-13.

3- Ahmad Faizal Abdull Razis et al. (2014). Health benefit of Moringa olifeira. Asian Pacific Journal of Cancer Pevention 15: 8571-8576.

4- Comment utiliser les feuilles de Moringa dans un cadre nutritionnel et médical? Moringa workshop, Accra, November 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *