Ginkgo

Le Ginkgo, c’est quoi ?

Le ginkgo (Ginkgo biloba L.), appelé aussi l’arbre aux quarante écus, est un grand arbre de la famille de Ginkgoaceae. Cet arbre peut atteindre quarante mètres de hauteur avec un écorce qui évolue avec le temps, allant du brun au gris, du lisse au fendillé puis sinueux. Ses feuilles caduques sont vertes au printemps puis elles changent de couleur en automne en jaune d’or très typique permettant une reconnaissance facile de cet arbre. Elles sont formées de deux lobes en forme de palmes sans nervure centrale. Le ginkgo est une espèce dioïque (ça veut dire qu’il existe des souches mâle et des souches femelles): Les pieds males portent des chatons verdâtres et les pieds femelles des ovules qui apparaissent à l’extrémité des rameaux. L’ovule, faussement appelé « fruit » est semblable à une petite prune de 2 cm de diamètre et de couleur jaune.

Planche botanique de Ginkgo (Ginkgo biloba L.)

Le ginkgo est l’une des plus anciennes espèces d’arbres vivant aujourd’hui, que l’on qualifie volontiers de « fossile vivant ». Cet arbre est originaire de Chine et a été cultivé dans le monde entier comme un arbre décoratif.

Quelle partie du ginkgo utiliser ?

On utilise les feuilles de ginkgo pour leurs propriétés thérapeutiques. Ces feuilles contiennent principalement des flavonoïdes (de 0.5 à 1%). Les flavonoïdes sont représentés par des hétérosides de flavonols glucosides, rhamnosides, rutinosides de quercétol et de kaempférol, lutéoline et biflavonoides. On trouve également les terpènes, plus précisément les diterpènes (ginkgolides : jusqu’à 0.5%), et les sesquiterpènes (bilobalides: jusqu’à 0.4%).

On trouve d’autres substances dans les feuilles de ginkgo comme les stérols, les acides ginkgoliques (responsables de réactions allergiques), l’acide 6-hydroxy kinurénique, l’acide shikimique…

Quels sont les bienfaits de ginkgo ?

On utilise les feuilles de Ginkgo biloba pour pour améliorer la déficience cognitive liée à l’âge qui se manifeste par une diminution des capacités mentales et un affaiblissement de la mémoire. Notre plante permet d’améliorer la qualité de vie des adultes souffrant de démence légère. Elle permet aussi de prévenir les maladies neurodégénératives comme la maladie Alzheimer et la sclérose en plaque grâce à son action neuroprotectrice.

En plus, les feuilles de ginkgo permettent de soulager les symptômes de jambes lourdes et la sensation de mains et de pieds froids, parfois ressentis en cas de problèmes circulatoires mineurs.

Le mode d’action exact n’est pas entièrement connu, mais le ginkgo est supposé agir grâce à la présence de flavonoïdes et de ginkgolides. En effet, le Ginkgolide B inhibe le PAF (platelet activating factor), qui est impliqué dans l’agrégation plaquettaire, la thromboformation et les réactions inflammatoires. Les flavonoïdes agissent par leur effet anti-oxydant et leur action vitaminique « P ». Les flavonoïdes participent aussi à l’amélioration de l’irrigation tissulaire, en augmentant le captage du glucose et de l’oxygène.

Comment utiliser le ginkgo ?

On utilise l‘extrait sec raffiné et quantifié de feuilles de Ginkgo. Selon la pharmacopée européenne, cet extrait sec est normalisé pour contenir entre 22 à 27 % de glycosides flavoniques, 5 à 7 % de lactones terpéniques (2,8 à 3,4 % de ginkgolides A, B et C et 2,6 à 3,2 % de bilobalide) et moins de 5 ppm d’acide ginkgolique.

La dose quotidienne de cet extrait chez l’adulte et les personnes âgées est de 240mg/jour en une seule ou en deux prises. Il n’y a pas d’indication pertinente pour les enfants et les adolescents.

Le traitement doit durer au moins 8 semaines. S’il n’y a pas d’amélioration symptomatique après 3 mois, ou si les symptômes pathologiques s’intensifient, le médecin doit vérifier si la poursuite du traitement est toujours justifiée.

Quelles précautions prendre avec le ginkgo ?

Les effets indésirables le plus couramment observés avec les médicaments contenant de la feuille de ginkgo, étaient les céphalées et les vertiges, ainsi que les troubles gastro-digestifs tels que les diarrhées, les douleurs abdominales, les nausées et les vomissements. Des saignements, par exemple au niveau des yeux, du nez, du cerveau ou de l’intestin, ont également été rapportés.

Chez les patients présentant une tendance hémorragique pathologiquement augmentée (diathèse hémorragique) ou les patients qui utilisent un traitement anticoagulant ou antiplaquettaire concomitant, le médicament ne doit être utilisé qu’après consultation d’un médecin.

Le ginkgo est strictement contre indiqué en en cas de grossesse. En effet, les études sur le animaux ont montré des effets néfastes sur le développement fœtal (hypopigmentation, inhibition de la croissance et anophtalmie). Il est également déconseillé chez la femme allaitante puisqu’il n’existe pas assez de données qui prouvent la sécurité de son emploi.

Références

1- Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2012). European Union herbal monograph on Ginkgo biloba L., folium

2- Comité des médicaments à base de plantes (HMPC). (2015). Feuille de ginkgo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.