Harpagophyton

L’harpagophyton, c’est quoi ?

L’harpagophyton (Harpagophytum procumbens DC.), appelé aussi « griffe de diable » est une plante herbacée vivace de la famille de Pedaliaceae. C’est une plante rampante et rayonnante à feuilles opposés. Ses fleurs sont solitaires et de grande taille : La fleur a la forme d’une trompette avec une corolle de coloration rouge violacée. Le fruit est une capsule ligneuse garnie de crochets, d’où son nom « griffe de diable », qui contient des graines noires et allongées. La racine principale de harpagophyton se développe en profondeur. De cette racine principale partent des racines secondaires formant des tubercules de réserve, bulbeux et parfois énormes, pouvant peser jusqu’à 1,5 kg. Ces tubercules servent comme un stock d’eau et de nutriments à la plante qui peut ainsi résister aux périodes de sécheresse.

L’harpagophyton pousse dans les régions semi-désertiques de Sud l’Afrique notamment en Afrique de Sud, Namibie et Botswana.

Quelle partie de l’harpagophyton utiliser ?

En thérapeutique, on utilise la racine secondaire tubérisée séchée de l’harpagophyton. Les racines secondaires sont récoltées en creusant le sol jusqu’à 2 m de profondeur. Ces racines sont riches en eau d’où la nécessité de les couper finement et les sécher immédiatement après la récolte afin de prévenir la formation de moisissures.

Racine secondaire séchée de harpagophyton
Racine secondaire séchée de l’harpagophyton

Les racines secondaires de harpagophyton contiennent des flavonoïdes, des acides phénols et des phytostérols mais elles sont surtout riches en iridoïdes (0,5 à 3%). L’iridoïde le plus abondant est l’harpagoside. On note la présence d’autres iridoïdes tels que et le procumbide et l’harpagide.

Quelles sont les bienfaits de l’harpagophyton ?

Les racines secondaires de l’harpagophyton sont surtout connues pour leur action anti-inflammatoire et leur utilisation pour le traitement des affections articulaires.

Plusieurs études sur les animaux ont montré que les extraits d’harpagophyton possèdent un effet anti-inflammatoire. Les études in vitro ont permis d’expliquer les mécanismes de cette action anti-inflammatoire. En effet, les différentes études suggèrent que la diminution de la synthèse des médiateurs inflammatoires (TNFα et interleukines), l’inhibition des métalloprotéinases matricielles et de l’élastase ainsi que l’inhibition des cyclo-oxygénases peuvent expliquer l’action des racines d’harpagophyton.

Les études cliniques, réalisées sur l’Homme ont montré que divers extraits de tubercules d’harpagophyton (l’équivalent à 50-60 mg d’harpagoside par jour, administré pendant une période variable entre 8 et 16 semaines, en fonction de l’étude) ont significativement amélioré le tableau clinique des patients souffrants d’arthrose du genou et de la hanche. Les améliorations concernent essentiellement la diminution de la douleur articulaire, l’amélioration de l’amplitude du mouvement et la diminution de la crépitation articulaire.

Les iridoïdes, qui constituent les métabolites secondaires les plus abondants des tubercules de l’harpagophyton, semblent être responsables de cette action anti-inflammatoire. Cependant, il faut mentionner que les extraits de la plante semblent avoir un meilleur effet thérapeutique que les molécules isolées.

En médecine traditionnelle, les racines secondaires d’harpagophyton sont utilisées pour stimuler l’appétit, stimuler les sécrétions biliaires (cholérétique) et soulager les troubles digestifs de type ballonnement et flatulence. Cette action est dû à la présence des iridoïdes qui sont des « principes amers » connus pour être des stimulants de l’appétit.

Comment utiliser l’harpagophyton ?

Les racines secondaires séchées et finement coupées de l’harpagophyton sont utilisées par voie orale sous différentes formes.

On prépare une infusion en utilisant 4,5 g d’harpagophyton qu’on laisse infuser pendant 8 heures dans 500 ml d’eau bouillante. On prend une tasse de cette infusion 3 fois par jour.

La poudre d’harpagophyton peut être administré à l’ordre de 400 mg par dose, 3 fois par jour. Cette poudre peut être administrée sous forme de gélules.

L’extrait fluide, préparé en utilisant l’alcool 30% comme solvant, est administré en une seule dose journalière de 1 g.

Quelles précautions prendre avec l’harpagophyton ?

L’harpagophyton et les préparations à base de l’harpagophyton sont contre indiqués en cas d’allergie à cette plante. Certains effets indésirables ont été rapportés à la suite de l’utilisation de l’harpagophyton tels que la diarrhée, la nausée, les vomissements ainsi que les maux de tête et les vertiges. Il faut prendre l’harpagophyton avec précaution en cas de présence de calculs biliaires à cause de ses propriétés cholérétiques.

On évite d’administrer l’harpagophyton aux enfants, aux femmes enceintes et allaitantes à cause de manque des données sur la sécurité d’emploi de cette plante.

Références

1- Committee on Herbal Medicinal Products. (2016). European Union herbal monograph on Harpagophytum procumbens DC. and/or Harpagophytum zeyheri Decne., radix.

2- Dragos D et al. (2017). Phytomedicine in Joint Disorders. Nutrients. 16;9(1). pii: E70.

3- Chrubasik S et al. (2004). Effectiveness of Harpagophytum extracts and clinical efficacy. Phytotherapy Research 18(2) :187-189.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *