Reine des prés (Ulmaire)

La reine des près, c’est quoi ?

La reine des près (Filipendula ulmaria (L.) Maxim. ou Spirea ulmaria L.), appelée aussi l’ulmaire, est une plante herbacée vivace de la famille de Rosaceae. Sa tige, de 50 à 120 cm de hauteur, est glabre et de coloration rouge. Elle possède des feuilles composées, alternes et imparipennées de couleur vert sombre au-dessus et feutrées de blanc en dessous : La foliole terminale est palmée et trilobée, les folioles latérales forment de deux à cinq paires le long du pétiole. Les fleurs de la reine des près sont des fausses ombelles blanches, ramifiées et très odorantes. Ses fruits présentent une torsion hélicoïdale.

Planche botanique reine des près (ulmaire)
Planche botanique de la reine des près (Filipendula ulmaria (L.) Maxim.)

La reine des près se trouve dans les lieux humides de l’Europe et de l’Asie.

Quelle partie de la reine des près utiliser ?

On utilise les sommités fleuries de la reine des près qui sont récoltées pendant la floraison, de juin à août.

Ces sommités fleuries sont riches en tanins (10 à 15%), qui sont surtout des tanins hydrolysables de type ellagique, et en flavonoïdes (1 à 3%), notamment le spiréoside, le rutoside et l’hypéroside.

On note aussi la présence de dérivés salicylés (0,3 à 0,5%) qui sont des hétérosides d’acides phénols : le monotropitine (primevéroside de l’aldéhyde salicylique) et le spiréine (primevéroside de l’ester méthylique de l’acide salicylique).

Les sommités fleuries de la reine des près renferme une fraction volatile qui est responsable de l’odeur caractéristique qui se dégage de cette plante. Cette fraction volatile se compose de salicylate de méthyle et d’aldéhydes salicyliques.

Quels sont les bienfaits de la reine des près ?

Les sommités fleuries de la reine des près possèdent une puissante action anti-oxydante et anti-radicalaire grâce à leur richesse en tanins et flavonoïdes.

Les sommités fleuries de la reine des près ainsi que les préparations à base de cette drogue sont surtout connus pour leurs actions antipyrétiquesantalgiques et anti-inflammatoires. Ces propriétés thérapeutiques sont dues à la présence de dérivés salicylés qui agissent en inhibant les cyclo-oxygénases. C’est pour cela qu’on utilise cette plante pour le soulagement des douleurs articulaires mineures, le soulagement de la fièvre et pour les maux de tête.

En outre, les sommités fleuries possèdent une action diurétique, kaliurique (excrétion de potassium) et natriurique (excrétion de sodium). Les cendres semblant être aussi efficaces que l’extrait. Donc, cette action diurétique est probablement due à la fraction minérale.

En médecine traditionnelle, la reine des près est connue aussi pour son action protectrice de la muqueuse gastrique. Cette propriété est confirmée par certaines études qui ont montré que cette action anti-ulcéreuse est due à la richesse des sommités fleuries en ellagitanins.

Comment utiliser la reine des près ?

On utilise les sommités fleuries séchées de la reine des près pour la réalisation des préparations.

Pour l’usage interne, on peut préparer une infusion de 2 à 6 g de sommités fleuries pour une tasse d’eau bouillante qu’on laisse infuser pendant 10 minutes. On peut prendre jusqu’à 3 tasses par jour.

On peut aussi utilisée les sommités fleuries en poudre à l’ordre de 250 à 500 mg par prise, jusqu’à trois fois par jour. Cette poudre peut être mise dans des gélules pour faciliter l’administration aux patients.

En usage externe, on prépare une décoction en faisant bouillir deux poignées de sommités fleuries de la reine des près dans un litre d’eau pendant 15 minutes. On utilise cette préparation chaude en compresses sur les rhumatismes.

Quelles précautions prendre avec la reine des près ?

On évite d’utiliser les sommités fleuries de la reine des près chez les enfants, les femmes enceintes et allaitantes à cause du manque de données suffisantes sur leur sécurité d’emploi. L’utilisation de cette plante est aussi contre indiqué en cas d’allergie aux salicylés. Bien que les sommités fleuries contiennent des dérivés salicylés mais leur concentration n’est pas si élevé pour induire les effets indésirables habituels des salicylés.

Références

1- European Medicines Agency. (2010). Community herbal monograph on Filipendula ulmaria (L.) Maxim. (= Spiraea ulmaria (L.)), herba.

2- Stevan Samardžić et al. (2018).Antioxidant, anti-inflammatory and gastroprotective activity of Filipendula ulmaria (L.) Maxim. and Filipendula vulgaris Moench. Journal of Ethnopharmacology 213: 132-137.

3- Kamel Ghedira et al. (2011).Reine‑des‑prés (sommité fleurie de) Filipendula ulmariae (L.) Maxim. Phytothérapie 9: 318-322.

4- Jean Valnet. (1983). Phytothérapie. Maloine. 5ème éd. 942 pages.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *