Boldo

Le boldo, c’est quoi ?

Le boldo (Peumus boldus Molina) est un arbre de la famille de Monimiaceae. C’est un petit arbre buissonnant toujours vert qui peut atteindre 8 m de hauteur. Ses feuilles opposées sont simples, entières, ovales et à bords légèrement enroulés vers la face inférieure. Elles sont coriaces, de couleur verte foncée et elles dégagent une odeur boisée lorsqu’on les froisse.

Le boldo est une espèce dioïque qui présente des fleurs mâles et des fleurs femelles: les fleurs mâles sont en forme de cloches à nombreuses étamines alors que les fleurs femelles sont constituées d’un périanthe entourant un pistil à plusieurs carpelles uniovulés et ovoïdes. Le fruit est une drupe verte jaunâtre de taille et forme variable qui renferme une graine possédant un albumen abondant et des cotylédons arrondis.

Planche-botanique-du-boldo
Planche botanique du boldo (Peumus boldus Molina)

Le boldo est à l’origine une espèce endémique de la région côtière du Chili qui bénéficie d’un climat méditerranéen. Il a été acclimaté en Europe à la fin du XIXème siècle dans les zones arides du bassin méditerranéen notamment en Italie et au Maroc, ainsi qu’en Amérique du Nord (Californie).

Quelles parties du boldo utiliser ?

Le boldo est cultivé de façon intensive pour les propriétés médicinales de ses feuilles. Les feuilles sont récoltées dans ses contrées originelles pendant la période estivale (de décembre à mars) puis séchées à l’ombre.

Les feuilles du boldo contiennent au moins 17 alcaloïdes différents appartenant pour la plupart à famille des dérivés isoquinoléiques. La boldine est l’alcaloïde majeur (12-19% des alcaloïdes totaux). Il faut noter que l’écorce contient une concentration supérieure en boldine par rapport à la feuille.

La feuille sèche renferme également de 10 à 30 ml/kg d’huile essentielle à composés majoritairement monoterpéniques notamment l’ascaridole et l’eucalyptol. C’est une huile essentielle jaunâtre, peu visqueuse et à odeur caractéristique d’ascaridole.

On note également la présence de composés phénoliques tels que les hétérosides de flavonolols (dérivés du rhamnétol, de l’isorhamnétol et du kempférol), des coumarines et d’acides phénols.

Quels sont les bienfaits du boldo ?

Le boldo est indiqué en phytothérapie pour le traitement de la dyspepsie, la constipation et les spasmes du tractus gastro-intestinal.

C’est la boldine, alcaloïde majoritaire de la feuille de boldo, qui est responsables de ces activités. Plusieurs études ont montré que la boldine possède un effet cholérétique (entraîne l’augmentation de la sécrétion de la bile) et cholagogue (facilite l’évacuation de la bile). La boldine a également un effet laxatif probablement dû à l’augmentation de l’excrétion des sels biliaires modifiant la motilité du côlon.

Des études sur des Rats et des études cliniques ont confirmé que la boldine a un effet relaxant sur la contraction des muscles lisses d’iléon. Cette activité résulte probablement d’un mécanisme d’antagonisme compétitif avec l’acétylcholine au niveau des récepteurs cholinergiques.

En plus, la boldine possède une action relaxante sur les vaisseaux sanguins et sur le myomètre (muscle de l’utérus) et agit comme un antagoniste calcique au niveau des récepteurs α1-adrénergiques.

Enfin, l’huile essentielle du boldo, grâce à sa richesse en eucalyptol, possède une action antifongique notamment vis-à-vis de la Candida albicans et une action antibactérienne vis-à-vis de plusieurs bactéries tels que Escherichia coli, Listeria monocytogenes, Proteus mirabilis et Staphylococcus aureus.

Comment utiliser le boldo ?

On utilise les feuilles du boldo par voie orale sous forme de tisane. Cette tisane est préparée en laissant infuser pendant 10 minutes 1 à 2 g de feuilles séchées dans 150 ml d’eau bouillante.

On peut prendre cette infusion jusqu’à 3 fois par jour.

Quelles précautions prendre avec le boldo?

Le boldo est contre-indiqué en cas d’allergie et en cas d’obstruction des voies biliaires et de maladies hépatiques sévères.

L’utilisation du boldo devrait être évitée pendant les périodes de grossesse et d’allaitement. En effet, des études sur des rates enceintes ont montré que l’utilisation d’extrait de feuille de boldo ou de la boldine produisent l’apparition d’une activité abortive et tératogénique.

Référence

1- Maria Rakotonanahary Maldonado. (2012). Peumus boldus M. : de la botanique à la thérapeutique : état des connaissances en 2012. FACULTÉ DE PHARMACIE DE GRENOBLE.

2- COMMITTEE ON HERBAL MEDICINAL PRODUCTS (HMPC). (2008). COMMUNITY HERBAL MONOGRAPH ON PEUMUS BOLDUS MOLINA, FOLIUM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.