Fragon (Petit houx)

Le fragon, c’est quoi ?

Le fragon (Ruscus aculeatus L.), appelé aussi petit houx, est un sous-arbrisseau ligneux vivace de la famille de Asparagaceae. Il a une hauteur de 70cm qui peut aller jusqu’à 1 mètre. Ses fausses feuilles (cladodes) sont persistantes et possèdent la forme de feuilles rigides, épaisses à bords effilés et piquants, disposées sur deux rangées de manière alterne. Ses fleurs se développent sur la face inférieure de ces cladodes. Le fruit est une baie rouge, il apparait quelques temps avant l’hiver et résiste jusqu’au printemps.

Planche botanique de fragon (Ruscus aculeatus L.)

Le fragon est originaire de la Méditerranée, et de l’Europe de l’ouest. Il préfère les sols basophiles, les régions chaudes et les endroits plus frais et ombragés.

Quelle partie du fragon utiliser ?

La partie utilisée est le rhizome, partie souterraine de la plante.

Cette partie de la plante est riche en saponosides stéroïdiens tels que le ruscoside, la ruscine, le déglucoruscoside et la déglucoruscine.

Il y a d’autres constituants comme les flavonoïdes, les anthraquinones, les benzofuranes, les coumarines et une huile essentielle (qui contient principalement des monoterpènes).

Quels sont les bienfaits du fragon ?

Le petit houx est une plante veinotonique connue pour ses bienfaits sur le système veineux. Elle est active grâce à sa richesse en saponosides, notamment la ruscogénine (génine du ruscoside).

En effet, ces métabolites secondaires induisent par leur effet alpha-adrénergique une vasoconstriction, qui a pour conséquence d’augmenter le débit sanguin. En plus, ils possède une action anti-inflammatoire et anti-œdémateuse très bénéfiques dans les cas de troubles veineux.

En plus, la ruscogénine diminue la perméabilité vasculaire par une action anti-élastase. Il faut savoir que l’élastase est l’enzyme responsable de l’altération de l’élastine, qui est présente en grande quantité dans les parois des vaisseaux sanguins.

Grâce à ces saponosides et à leurs propriétés, le fragon est une plante phare dans la prise en charge des troubles veineux (œdèmes, hémorroïdes, sensation de lourdeur des jambes, varices…). Elle est indiqué pour soulager les symptômes d’inconfort et lourdeur des jambes liée à des troubles veineux mineurs et des troubles circulatoires. Elle est également indiqué pour soulager les symptômes associés aux crises hémorroïdaires tels que les démangeaisons et les brûlures.

Comment utiliser le fragon ?

On pulvérise le rhizome séché de petit houx. La poudre obtenue est utilisée à l’ordre de 350 mg, trois fois par jour. Cette poudre peut être mis dans des gélules et avaler avec une quantité suffisante d’eau.

Pour les autres formes d’utilisation comme les extraits secs ou les extraits fluides, il faut s’assurer que la quantité de ruscogénine et néoruscgénine apportée par jour est comprise entre 7 et 11 mg pour avoir l’efficacité et la sécurité d’utilisation souhaitées.

Quelles précautions prendre avec le fragon ?

L’utilisation de petit houx peut provoquer la survenue de certains effets indésirables tels que les nausées, les troubles gastro-intestinaux, la diarrhée, ainsi qu’une colite lymphocytaire.

Le fragon est contre-indiqué chez les personnes hypertendues, puisqu’il provoque une vasoconstriction. Enfin, il est déconseillé chez les femmes enceinte et allaitante et les enfant par manque de données sur sa sécurité d’emploi.

Références

1- EMEA/HMPC (2008). COMMUNITY HERBAL MONOGRAPH ON RUSCUS ACULEATUS L., RHIZOMA

2- Elodie CADET (2017). Etude phytochimique et emplois de plantes veinotoniques [Thèse] UNIVERSITE DE LORRAINE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.