Quinquina

Le quinquina, c’est quoi ?

Le quinquina est un arbre qui appartient au genre Cinchona de la famille de Rubiaceae. Il y a plusieurs espèces du genre Cinchona, dont 4 espèces sont utilisées en thérapeutique:

  • Quinquina rouge: Cinchona pubescens Vahl. ou Cinchona succirubra Pav.
  • Quinquina jaune: Cinchona calisaya L.
  • Quinquina ledgeriana: Cinchona ledgeriana Howard
  • Quinquina gris: Cinchona officinalis L.

Le quinquina est un arbre qui peut atteindre 10 m de hauteur avec un tronc de 20 cm de diamètre. Ses feuilles sont minces, elliptiques ou ovales. Les inflorescences sont des cymes comportant une corolle de coloration rose à pourpre avec un tube terminé par 5 lobes. Enfin, Les fruits sont des capsules ellipsoïdales.

Planche botanique de quinquina (Cinchona spp.)

Le quinquina est originaire de la Cordillère des Andes, située au nord de l’Amérique du sud. Sa répartition s’étend sur une vaste bande de forêt amazonienne d’environ 3000 km de long. On la retrouve à des altitudes allant de 300 à 3 900 m au dessus du niveau de la mer.

Quelle partie du quinquina utiliser ?

On utilise l’écorce de tronc et des branches de quinquina pour ses propriétés thérapeutiques. Cet écorce provient exclusivement de quinquina de culture. Les écorces sont obtenus par écorçage du tronc et des branches des arbres du genre Cinchona. Il faut noter que l’écorce se régénère partiellement, et après plusieurs années et plusieurs écorçages, les arbres sont arrachés.

L’écorce du quinquina se présente en fragments à surface externe gris brunâtre, rugueuse et fissurée transversalement et à surface interne brune rougeâtre foncée. Ces fragments de tronc se caractérisent par une saveur amère et astringente.

Les substances actives sont les alcaloïdes qui sont majoritairement de structure quinoléique (5 à 15%). Ils sont des stéréo-isomères: la quinine et la quinidine et leurs homologues déméthoxylés.

Quinine (8S, 9R)

Quinidine (8R, 9S)

Cinchonine (8R, 9S)

Cinchonidine (8S, 9R)

L’écorce de quinquina est également riche en tanins (3 à 8%) et contient des saponosides à génine triterpéniques, des acides organiques comme l’acide quinique et une huile essentielle à très faible teneur (0.005%).

Quels sont les bienfaits du quinquina ?

L’écorce de quinquina a longtemps été utilisé en médecine traditionnelle pour le traitement du paludisme, de la grippe et contre la fièvre. Selon la légende, à Loxa en Pérou, après un tremblement de terre, des arbres seraient tombés dans un lac et l’eau, devenue amère, aurait guéri la fièvre des malades et des animaux qui s’y désaltéraient. Les Incas auraient alors reconnu les vertus fébrifuges (contre la fièvre) de cet arbre : le « kina-kina » ou « écorce des écorces ». La poudre d’écorce séché est utilisée à une dose de 1g jusqu’à 3 fois par jour.

Actuellement, on utilise les alcaloïdes purifiés de l’écorce de Cinchona à savoir la quinine et la quinidine qui entre dans la formule de plusieurs spécialités médicamenteuses. La quinine, ainsi que ses dérivés hémi-synthétique, est utilisée comme principe actif dans les médicaments destinés à la prévention et au traitement du paludisme (malaria). La quinine agit contre le plasmodium, le parasite du malaria, par plusieurs mécanismes principalement en s’interférant avec la synthèse de son ADN. La quinidine est un antiarythmique de la classe Ia (stabilisant de la membrane), qui agit en rendant les cellules cardiaques moins excitables.

Dés le début de la pandémie du Covid-19, les dérivés hémi-synthétiques de la quinine tels que la chloroquine et la hydroxychloroquine ont été testé pour combattre le coronavirus et améliorer le tableau clinique des patients mais sans grand succès.

Les boissons à base de quinquina sont connues pour leurs propriétés stomachiques et apéritives. En effet, elles ouvrent l’appétit et favorisent la sécrétion de la salive et les sécrétions gastriques. Parmi les boissons apéritives les plus populaires, on cite le “Shweeps Tonic” qui contient la quinine, le composé majoritaire de quinquina, à une concentration de 70 mg/l. C’est la quinine qui est responsable de l’amertume de cette boisson gazeuse.

En médecine vétérinaire, l’écorce séchée de quinquina entre dans la formule d’une préparation utilisée pour soulager les désordres digestifs tels que l’indigestion et l’atonie de l’estomac chez les animaux ruminants. Cette préparation est administrée aux bovin à une dose qui correspond à 20 g d’écorce de quinquina , alors qu’elle est administrée aux ovins à la dose de 5 g en équivalent d’écorce.

Quelles précautions prendre avec le quinquina ?

L’utilisation de l’écorce de Cinchona et ses substances actives aux doses thérapeutiques recommandées ne présente pas une toxicité particulière. Mais, le surdosage peut s’avérer dangereux puisque dés qu’on dépasse la dose de 3 g d’écorce séchée, on peut voir l’apparition de signes de cinchonisme qui regroupe un ensemble d’effets indésirables du quinquina qui sont les acouphènes, les vertiges, les céphalées, les troubles de la vision, la baisse aiguë de l’acuité auditive et les nausées. Ces effets régressent généralement à l’arrêt du traitement. Il faut savoir qu’une seule dose qui correspond à 2g de quinine peut être fatale pour une personne adulte.

Le quinquina est contre-indiqué chez les femmes enceinte, chez les personnes présentant un ulcère gastrique et en cas d’allergie. Cette allergie se manifeste généralement par des éruptions cutanées généralisées mais peut prendre des formes plus graves tels que l’anémie hémolytique ou le purpura thrombocytopénique.

Références

1- EMA-Committee for veterinary medicinal products. 2000. Cinchonae cortex

2- Seigneuric C et al. 2008. DU QUINQUINA ET DES HOMMES. Med Trop 68 : 459-462.

3- Jean Bruneton. (2009). Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales. Lavoisier. 4éd. 1292 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.