Plantes médicinales et coronavirus Covid-19

Le coronavirus Covid-19, c’est quoi ?

Le coronavirus Covid-19 est l’agent pathogène de la maladie à syndrome respiratoire aiguë sévère (Severe Acute Respiratory Syndrome) SARS-CoV-2.

L’épidémie a débuté en décembre 2019 quand l’OMS a été informée par les autorités chinoises d’un épisode de cas groupés de pneumonies dont tous les cas avaient un lien avec un marché d’animaux vivants (Huanan South China Seafood Market) dans la ville de Wuhan (région du Hubei), en Chine.

Le 9 janvier 2020, un nouveau coronavirus (Covid-19) a été identifié comme étant la cause de cet épisode mais la source d’infection n’a pas été formellement identifiée à ce jour. Le 11 mars 2020, l’OMS a déclaré que l’épidémie de Covid-19 est devenue une pandémie.

Coronavirus Covid-19

La maladie à SARS-CoV-2 débute après 2 à 14 jours d’incubation (en moyenne 3 à 7 jours) par des signes cliniques peu spécifiques (toux, fièvre supérieure à 38°C ou sensation de fièvre, dyspnée, fatigue, anorexie, rhinorrhée, myalgies, pharyngite). D’autres signes apparaissent ensuite dans certains cas : vomissements, diarrhée, céphalées, vertiges, conjonctivite. Les formes sévères représentent 13 à 17% et la létalité est de 2 à 3% des cas déclarés en Chine.

La transmission interhumaine à SARS-CoV-2 se fait par la projection de gouttelettes et par un contact direct manu porté ou par l’intermédiaire de surfaces souillées.

Coronavirus Covid-19 et plantes médicinales

Le métabolisme secondaire complexe des plantes a été la source d’innombrables médicaments. Il n’est donc pas surprenant que les substances actives d’origine végétale aient été utilisés comme une première ligne de défense contre le Covid-19.

Il faut savoir que des plantes médicinales à action antivirale ont été utilisées dans de nombreuses épidémies historiques, par exemple lors de deux précédentes flambées de coronavirus (SARS-CoV en 2013 et MERS-CoV en 2012), les épidémies saisonnières causées par les virus de la grippe et le virus de la dengue.

Chloroquine, Quinquina (Cinchona spp.)

Il y a vingt ans, on a testé le chloroquine, un analogue structural de la quinine, le principal composé de l’écorce de quinquina, sur plusieurs virus et s’est avéré efficace in vitro sur une large gamme d’entre eux. Le chloroquine agit à plusieurs niveaux notamment l’alcanisation de la vésicule d’endocytose (phagolysosome), ce qui entrave l’étape de décapsidation qui nécessitent un pH acide. Il empêche également l’étape de fusion entre la membrane des virus enveloppés et celle de la cellule hôte.

En février 2020, le Conseil d’État chinois a annoncé que le chloroquine pouvait être utilisé pour traiter les patients atteints de Covid-19. En effet, cet antipaludéen a une activité antivirale à large spectre et des effets régulateurs sur le système immunitaire. L’évaluation de l’efficacité clinique du chloroquine dans plus de dix hôpitaux de plusieurs provinces de Chine a montré qu’il n’est pas un remède très efficace contre le coronavirus mais il atténue les symptômes de la plupart des patients et accélère la séroconversion virale. Actuellement, des essais cliniques sont en cours en France pour vérifier l’efficacité de cette molécule.

acide glycyrrhizique, Réglisse (Glycyrrhiza glabra L.)

L’acide glycyrrhizique et son acide glycol glycyrrhétinique sont des saponosides triterpéniques de la racine de réglisse. Ils sont actifs sur un large spectre de virus, y compris les virus de l’herpès, flavivirus et le VIH. En 2003, l’acide glycyrrhizique était l’un des premiers composés actifs contre le SARS coronavirus (SARS-CoV) in vitro. Il présente une concentration efficace inhibant 50% des croissance du virus (CI50) de 365µM contre le SRAS-CoV.

Un composé issu de la racine de réglisse est recrutées pour contrôler le Covid-19: C’est le glycyrrhizinate de diammonium. Le professeur Hong Ding de l’Université de Wuhan a proposé une association de glycyrrhizinate de diammonium et de la vitamine C en tant que thérapie pour le Covid-19. Cette approche est devenue populaire grâce aux média et réseaux sociaux en Chine. Elle n’a pas été officiellement recommandé, mais des essais cliniques sont en cours.

Médecine traditionnelle chinoise

La riche tradition de la phytothérapie Chinoise est également déployée contre Covid-19. Dans la dernière version du plan de diagnostic et de traitement publié par la Santé nationale de la Commission de Chine (Essais cliniques version 7) de 3 mars 2020, la médecine traditionnelle chinoise est explicitement recommandée. Plusieurs protocoles à base de plantes médicinales de la pharmacopée traditionnelle chinoise sont évaluées. Par exemple pour une manifestation clinique modérée de SARS-CoV-2 avec toux, fièvre, suffocation et expectorations, la prescription recommandée est à base d’éphédra, amande amère, verveine, réglisse, armoise annuelle…

Cette étude clinique est actuellement en cours mais Boli Zhang, l’un des principaux experts en médecine traditionnelle chinoise affirme que ces médicaments à base de plantes ont été très utiles pour améliorer les symptômes tels que la toux, la fatigue et les troubles du système digestif ainsi que pour soulager l’anxiété.

Etudes in silico

Par analogie avec les expressions in vivo et in vitro, le terme « in silico » a été introduit pour qualifier les techniques de simulation numérique centrées sur la biologie. Ce terme fait référence au silicium, matériau principal retrouvé dans les puces informatiques de tous les ordinateurs.

Pour découvrir des nouvelles molécules actives sur le coronavirus Covid-19, on a commencé par modéliser la structure tri-dimensionnelle d’une protéine de ce virus (la SARS-CoV-2 3CLpro) à partir d’une séquence de son génome. On a procédé ensuite par la méthode de “docking”, qui étudie les interactions entre une protéine et une substance dans le but de prédire l’affinité de cette dernière à la protéine. Muhammad Tahir ul Qamar et ses collaborateurs, ont étudié, en février 2020, l’interaction de 32297 molécules à base de plantes afin d’évaluer leur affinité à la SARS-CoV-2 3CLpro par simulation informatique.

Les résultats de cette étude ont permis d’identifier neuf substances naturelles non toxiques qui peuvent se lier au site de liaison du récepteur (Cys-145 et His-41) de SARS-CoV-2 3CLpro. La 5,7,3′,4′-Tetrahydroxy 2′-(3,3- dimethylallyl) isoflavone, qu’on trouve dans Psorothamnus arborescens, a montré la meilleure affinité, suivie de la Myricitrine, qu’on trouve dans Myrica cerifera. On remarque que la plupart de molécules montrant une affinité intéressante à la protéine de nouveau coronavirus appartiennent à la famille des flavonoïdes. Ces composés sont des candidats sérieux pour des études ultérieurs plus poussées et des essais cliniques.

En finir avec les idées reçues

L’organisation mondiale de la santé a publié des conseils au grand public pour en finir avec les idées reçues. De même, la FDA a réprimé des entreprises vendant des huiles essentielles et d’autres préparations à base de plantes comme étant des traitements contre le coronavirus.

  • Prendre un bain chaud ne protège pas contre le nouveau coronavirus

Prendre un bain chaud n’empêche pas de contracter le Covid-19. La température du corps reste normale, entre 36,5°C et 37°C, quelle que soit celle de votre bain ou de votre douche.

  • Manger de l’ail n’aide pas à prévenir l’infection par le nouveau coronavirus

L’ail est un aliment sain qui peut avoir certaines propriétés anti-microbiennes. Cependant, rien ne prouve, dans le cadre de l’épidémie actuelle, que la consommation d’ail protège les gens contre le nouveau coronavirus.

  • Le fait de mettre de l’huile de sésame n’empêche pas le nouveau coronavirus de pénétrer dans l’organisme

Non. L’huile de sésame ne tue pas le nouveau coronavirus. Il existe des désinfectants chimiques qui peuvent tuer le Covid-19 sur les surfaces. Il s’agit notamment de désinfectants à base d’eau de Javel ou de chlore et d’éthanol à 75%. 

  • Les huiles essentielles ne traitent pas le coronavirus Covid-19

Le 09 mars 2020, Food and Drug Administration (FDA) et Federal Trade Commission (FTC) ont réprimé sept entreprises vendant des faux traitements contre le coronavirus Covid-19 à base d’huiles essentielles. En effet, jusqu’à maintenant rien ne prouve l’efficacité des huiles essentielles dans le traitement de SARS-CoV-2.

Mesures de protection contre le coronavirus Covid-19

L’OMS a publié sur son site web les mesures essentielles pour se protéger du nouveau coronavirus. Ces mesures sont les suivantes:

  • Se laver fréquemment les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon
  • Maintenir une distance d’au moins 1 mètre avec les autres personnes, en particulier si elles toussent, éternuent ou ont de la fièvre.
  • Éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.
  • Se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement et jeter le mouchoir immédiatement après dans une poubelle fermée et se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.
  • Suivez les conseils de votre médecin, des autorités de santé nationales et locales ou de votre employeur pour savoir comment vous protéger et protéger les autres de la Covid-19.

Références

1- Ministère des solidarités et de la santé de la république française. Guide méthodologique Covid-19 (version du 20 février 2020)

2- Editorial Natural Plants. (2020). Redeploying plant defences. Natural Plants 6 (177).

3- Muhammad Tahir ul Qamar et al. (2020). Structural basis of SARS-CoV-2 3CLpro and anti-COVID-19 drug discovery from medicinal plants. Preprints doi:10.20944/preprints202002.0193.v1

4- Deng-haiZhang et al. (2020). In silico screening of Chinese herbal medicines with the potential to directly inhibit 2019 novel coronavirus. Journal of Integrative Medicine 18 (2): 152-158.

5- Philippe Colson et al. (2020). Chloroquine for the 2019 novel coronavirus. International Journal of Antimicrobial Agents. In Press.

6- Gerold Hoever et al. (2005). Antiviral Activity of Glycyrrhizic Acid Derivatives against SARS−Coronavirus. J. Med. Chem. 48 (4): 1256-1259.

7- National Health Commission & State Administration of Traditional Chinese Medicine. (2020). Diagnosis and Treatment Protocol for Novel Coronavirus Pneumonia (Trial Version 7).

8- https://www.consumer.ftc.gov/features/coronavirus-scams-what-ftc-doing

9- https://www.who.int/fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.