Réglisse

La réglisse, c’est quoi ?

La réglisse (Glycyrrhiza glabra L.) est une plante herbacée vivace de la famille de Fabaceae. Elle peut atteindre plus d’un mètre de hauteur. Ses feuilles sont alternes, composées, imparipennées (trois à sept paires de folioles entières) d’un vert vif. Ses fleurs, de type papilionacé et de couleur bleu violacé à lilas pâle, sont groupées en grappes dressées. La partie souterraine, très développée, est constituée par un rhizome stolonifère. Le fruit est une gousse aplatie, bosselée par les graines.

Planche botanique de la réglisse
Planche botanique de la réglisse (Glycyrrhiza glabra L.)

La réglisse se rencontre dans les régions méditerranéennes orientales et jusqu’au nord de l’Italie, en Dalmatie, en Hongrie, jusqu’en Ukraine et au Caucase pour la partie européenne. On la rencontre en Asie Mineure, au Turkestan et en Afghanistan d’où elle serait originaire.

Quelles partie de la réglisse utiliser ?

On utilise les racines souvent présentées en bâtons droits ou en fragments plus petits.

La réglisse est riche en glucides sous forme de polysaccharides (glycyrrhizane, amidon…) ou sous forme de sucre simple notamment le fructose. Elle contient aussi plusieurs constituants répartis sur plusieurs classes chimiques: On trouve des saponosides triterpéniques (3 à 15 %) notamment la glycyrrhizine (acide glycyrrhizique), à saveur sucrée caractéristique, donnant naissance par hydrolyse à l’acide glycyrrhétique. On trouve aussi des flavonoïdes de type chalcones (isoliquiritoside, isoliquiritine, licuroside, néolicuroside), de type flavanones (liquiritoside, liquiritine), de type flavanolols (3-hydroxyglabrol) et de type isoflavones (glabrone, formononétine)…

La racine contient également des coumarines (herniarine, umbelliferone, glycocoumarine…) et des composés aromatiques volatils (anéthole, estragole, géraniol…).

Quels sont les bienfaits de la réglisse ?

La réglisse est l’une des plantes médicinales les plus anciennes et les plus populaires dans le monde. Elle est connue pour ses propriétés anti-inflammatoires et anti-allergiques. Ces propriétés sont dues à une synergie d’action entre l’acide glycyrrhétique (libéré par hydrolyse à partir de la glycyrrhizine), qui va agir indirectement en inhibant la désactivation du cortisol endogène, et les licochalcones A et B qui inhibent fortement la formation des leucotriènes LTB4 et LTC4. La réglisse est utilisée surtout par voie locale pour le traitement des manifestation inflammatoires et allergiques modérées non infectées (eczéma, lésion post-traumatique, érythème solaire, érythème fessier…).

La racine est aussi connue pour son action anti-ulcéreuse. En effet, la réglisse agit par inhibition de la sécrétion de la gastrine et par le blocage du métabolisme des prostaglandines entraînant la protection de la muqueuse gastrique. De même, la glycyrrhizine inhibe la croissance de Helicobacter pylori, le germe responsable de l’ulcère gastrique et duodénal.

Notre plante est intéressante pour garder la santé neurologique et mentale. En effet, elle prévient contre l’accident vasculaire cérébral grâce à l’isoliquiritigénine, qui agit probablement par son effet anti-oxydant et anti-radicalaire. De même, des études sur des animaux ont montré que la dose de 150 mg/kg d’extrait aqueux de réglisse facilite l’apprentissage et la mémorisation et empêche l’amnésie engendrée par le diazépam, la scopolamine ou l’alcool. La réglisse possède également un effet antidépresseur léger notamment chez la femme en pré- et en post-ménopause. En outre, G. glabra possède des effets sédatifs et anxiolytiques par modulation des récepteurs de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA), le principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central.

La racine réglisse possède une action antitussive par dépression du système nerveux central et une action expectorante attribuée à la glycyrrhizine qui accélère la sécrétion du mucus trachéal.

Enfin, les isoflavones présents au niveau de la partie souterraine sont des phytoestrogènes qui ont une grande affinité pour les récepteurs d’œstrogènes. De même, G. glabra a une action anti-androgénique: elle fait baisser le taux de testostérone par blocage de la 17-hydroxystéroïde déhydrogénase et de la 17–20-lyase.

Comment utiliser la réglisse ?

On utilise la réglisse par voie orale sous forme d’une infusion ou d’une décoction en utilisant 1,5 g de racine de réglisse pour 150 ml d’eau. La tisane ainsi préparée est utilisée deux fois par jour sans dépasser une durée d’utilisation de 4 semaines.

L’extrait sec de la réglisse peut être incorporée à un gel dermique à une concentration de 2% pour un usage topique. Pour la préparation de l’extrait sec, on utilise 1 partie de solvant (généralement un alcool) avec 0,6 partie de la racine. L’extrait obtenu est évaporé à sec.

Quelles précautions prendre avec la réglisse ?

La toxicité de la réglisse est liée à l’usage prolongé ou à l’utilisation de doses élevées. La réglisse peut provoquer dans ces cas des troubles électrolytiques (rétention de sodium, rétention d’eau, perte de potassium), une hypertension artérielle et des troubles du rythme cardiaque.

La réglisse est contre-indiquée chez les femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez les enfants. Elle est aussi contre-indiqué chez les patients hypertendus ou atteints d’insuffisance rénale, hépatique ou cardiovasculaire car ils sont plus sensibles aux effets indésirables de la réglisse.

Des interactions médicamenteuses peuvent être observées en cas d’utilisation de la réglisse en concomitance avec des diurétiques, des hétérosides cardiotoniques, des corticoïdes, des laxatifs stimulants ou autres médicaments susceptibles de perturber l’équilibre électrolytique.

Références

1-K. Ghedira et al. (2010). Glycyrrhiza glabra L. (Fabaceae), Réglisse. Phytothérapie 8: 185–90.

2-Giulia Pastorino et al. (2018). Liquorice (Glycyrrhiza glabra): A phytochemical and pharmacological review. Phytotherapy Research 32: 2323–2339.

3-Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2012). Community herbal monograph on Glycyrrhiza glabra L. and/or Glycyrrhiza inflata Bat. and/or Glycyrrhiza uralensis Fisch., radix

4-M Saeedi et al. (2003). The treatment of atopic dermatitis with licorice gel. Journal of Dermatological Treatment 14: 1-3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.