Gingembre

Le gingembre, c’est quoi ?

Le gingembre (Zingeber officinale Roscoe), est une plante herbacée vivace de la famille de Zingiberaceae. Il s’agit d’un grand herbe, à tiges écaillées, qui peuvent atteindre 1 m de hauteur. Les feuilles sont linéaires, longues, lancéolées et odorantes. Les fleurs sont blanches ou jaunes, ponctuées de rouge sur les lèvres et entourées par des bractées vertes. Les fruits sont des capsules trivalves qui renferment des graines de couleur noir. Enfin, La racine est une souche rhizomateuse portant des yeux qui donnent naissance à des bourgeons responsables de la multiplication rapide de la plante.

Planche botanique du gingembre
Planche botanique du gingembre (Zingeber officinale Roscoe)

Le gingembre est une plante tropicale qu’on trouve dans les régions tropicales de l’Asie (Inde, Thaïlande, Bangladesh, Indonésie…) et de l’Afrique (Nigéria, Bénin…).

Quelle partie du gingembre utiliser ?

On utilise la racine rhizomateuse en forme de main du gingembre pour ses propriétés thérapeutiques. Ce rhizome est ensuite séché et réduit en poudre.

La racine de gingembre contient des sucres surtout l’amidon (50 %) et des lipides (6 à 8 %) et des protéines et ainsi que des vitamines (vitamine A, vitamine B) et des sels minéraux (manganèse, cuivre…).

Les composés phénoliques et les terpénoïdes constituent les principaux métabolites secondaires du gingembre. Les terpénoïdes qui sont des sesquiterpènes (α-zingiberène, β-sesquiphellandrène, β-bisabolène…) et des monoterpènes (camphène, β-phellandrène, cinéole, géraniol, curcumène, citral, terpinéol, bornéol…) entre dans la composition de l’huile essentielle du gingembre. La composition et le rendement (1 à 4 %) de cette huile essentielle varient selon l’origine géographique et les conditions de culture. Les composés phénoliques du gingembre sont appelés les gingérols (4 – 7,5 %): Le principal composé est le 6-gingérol. On trouve d’autres composés tels que le 8-gingérol et le 10-gingérol, qui sont présents en plus petites quantités. Au cours du séchage et du stockage, les gingérols sont partiellement déshydratés pour donner les shogaols.  

Quels sont les bienfaits du gingembre ?

Le gingembre possède plusieurs propriétés thérapeutiques surtout sur le plan digestif. En effet, il peut être utilisé chez les adultes pour le traitement des symptômes des affections légères de l’estomac ou de l’intestin notamment des ballonnements et des flatulences.

On utilise également le gingembre chez les adultes et les enfants âgés de plus de 6 ans, pour le traitement des symptômes du mal des transports notamment les nausées et les vomissements. De même, il peut être administré aux femmes enceintes pour les nausées et les vomissement qui accompagnent les premiers mois de la grossesse. Le mécanisme de l’action antiémétique est double: Les gingérols et les shogaols agissent comme des antagonistes des récepteurs de la sérotonine 5-HT3 du système nerveux central. En plus, les différents constituants du gingembre améliorent le tonus, la motilité et le vidange gastrique en raison de leur action anticholinergique périphérique. Cependant, ces données nécessitent des recherches supplémentaires pour élucider et confirmer ces conclusions préliminaires.

Enfin, le rhizome du gingembre possède des propriétés anti-inflammatoire et anti-rhumatismale. Plusieurs études in vitro et in vivo sur des animaux et sur des Hommes ont confirmé ces propriétés: Les gingérols sont responsables de ces propriétés grâce à leur action inhibitrice sur la lipoxygénase et leur action antioxydante et antiradicalaire qui permet l’inhibition de la production de NO (monoxyde d’azote).

Comment utiliser le gingembre ?

On utilise généralement la poudre du rhizome de gingembre par voie orale pour traiter les affections digestives et inflammatoires.

Pour le mal de transport, on administre une dose unique de poudre de rhizome de gingembre de 1 g pour l’adulte et de 0,5 g pour l’enfant de 6 à 12 ans une heure avant le voyage.

Pour le traitement des autres affections, on utilise 180 mg de poudre de rhizome de gingembre jusqu’à 3 fois par jour sans dépasser une durée de traitement de deux semaines.

Quelles précautions prendre avec le gingembre ?

Le gingembre ne présente pas une toxicité particulière mais il est contre indiqué en cas d’allergie à cette plante et pour les enfants âgés de moins de 6 ans.

Le gingembre semble augmenter le risque de saignement chez les patients sous anticoagulants. En effet, il peut par inhibition de la thromboxane et de l’agrégation plaquettaires modifier les paramètres de la coagulation.

Références

1- Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2012). Community herbal monograph on Zingiber officinale Roscoe, rhizoma

2- Julien Stanisiere et al. (2018). How Safe Is Ginger Rhizome for Decreasing Nausea and Vomiting in Women during Early Pregnancy? Foods 7 (50): 1-29.

3- Ali BH et al. (). Some phytochemicals, pharmacological and toxicological bpropreties of ginger: a review of recent research. Food Chemical Toxicology 46: 409-420.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *