Aigremoine

L’aigremoine, c’est quoi ?

L’aigremoine (Agrimonia eupatoria L.), appelée aussi aigremoine eupatoire, est une plante herbacée vivace de la famille des Rosaceae. Elle peut atteindre jusqu’à 1 mètre de hauteur. Sa tige simple, c.à.d non ramifiée, est velue et rougeâtre. Ses feuilles sont pennatiséquées, formées de paires de folioles principales entre lesquelles s’intercalent des paires de folioles plus petites. Les parties supérieures des folioles sont vert foncé, les parties inférieures ont un aspect cotonneux. Les fleurs sont jaunes, de petite taille et assemblées en grappes terminales. Enfin, les fruits sont des akènes, marqués de sillons et possédant des épines crochus, qui facilitent leur dissémination par les animaux.

Planche botanique de l'aigremoine (Agrimonia eupatoria L.)
Planche botanique de l’aigremoine (Agrimonia eupatoria L.)

Agrimonia eupatoria est une plante commune dans les endroits frais de l’hémisphère nord notamment l’Europe et l’Afrique du Nord.

Quelle partie de l’aigremoine utiliser ?

On utilise les sommités fleuries de l’aigremoine qui se caractérise par une odeur de foin et une saveur astringente.

Les sommités fleuries sont riches en tanins (3 à 11%) qui sont majoritairement des tanins condensés (surtout leucoanthocyanines). On rencontre également des tanins hydrolysables de type ellagique.

En plus, on trouve des flavonoïdes notamment les hétérosides de la quercétine, de l’apigénine et du kaempférol. Il y a aussi des acides phénols tels que l’acide chlorgénique, l’acide caféique et l’acide ellagique, ainsi que des triterpènes comme l’acide ursolique, l’acide euscapique et l’α-amyrine.

Les sommités fleuries de l’aigremoine contiennent une huile essentielle qui présente un rendement d’extraction de 0,2% et dont les composés majoritaires sont le cédrol, l’alpha-pinène, le camphène et l’eucalyptol.

Enfin, notre plante est riche en minéraux (potassium, sodium et silice) et en vitamines (vitamine C, vitamine B1 et vitamine K).

Quels sont les bienfaits de l’aigremoine ?

Grâce à sa richesse en tanins, l’aigremoine peut être prise par voie orale pour soulager les diarrhées légères et améliorer les lésions érosives et hémorragiques chez les patients souffrant de gastroduodénite chronique. Elle peut aussi être utilisée en gargarismes pour atténuer une inflammation légère de la bouche et de la gorge.

En plus, le potentiel antioxydant d’un extrait d’Agrimonia eupatoria vis-à-vis d’espèces réactives est très intéressant. Les polyphénols présents dans les sommités fleuries réagissent avec les ions superoxydes, les radicaux peroxyle et hydroxyle ainsi qu’avec des espèces oxydantes notamment le peroxyde d’hydrogène, l’acide hypochloreux et le peroxynitrite, ce qui dénote d’un effet piégeur de radicaux libres très puissant.

Cette activité antioxydante explique l’effet hépatoprotecteur de notre plante. En effet, elle semble protéger le foie et améliorer les lésions hépatiques dues à l’alcoolisme chronique en supprimant le stress oxydatif et l’inflammation.

Enfin, l’aigremoine, qui a un effet cicatrisant grâce à sa richesse en tanins, peut être appliquée sur la peau pour traiter une inflammation mineure et de petites plaies superficielles.

Comment utiliser l’aigremoine ?

Par voie orale, on prépare une tisane en mettant 1,5 à 4 g de poudre de sommités fleuries d’aigremoine dans 250 ml d’eau bouillante. On laisse infuser pendant 10 minutes. Cette tisane peut être prise trois fois par jour pour la prise en charge de la diarrhée. On peut également prendre par voie orale, un extrait fluide (1 : 1 dans 25% d’alcool) à l’ordre de 1 à 3 ml trois fois par jour ou une teinture (1 : 5 dans 45% d’alcool) à la dose de 1 à 4 ml trois fois par jour.

Afin de préparer une solution pour bain de bouche, on utilise 1,5 g de matériel végétal en poudre qu’on met en contact avec 150 ml d’eau bouillante pendant 10 minutes. Cette préparation est utilisée de 2 à 4 fois par jour en gargarisme.

Pour l’usage locale, on prépare une décoction en faisant bouillir jusqu’à 10 g de poudre de sommités fleuries d’aigremoine dans 150 ml d’eau pendant 10 minutes. On applique des compresses imprégnées par ce décocté sur les régions affectées de la peau.

Quelles précautions prendre avec l’aigremoine ?

Cliniquement il n’existe pas de documentation relative à une toxicité avec l’aigremoine. Mais en raison de l’absence de données, il faut s’abstenir d’en prendre pendant la grossesse et l’allaitement.

Références

1- Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2015). European Union herbal monograph on Agrimonia eupatoria L., herba.

2- Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2014). Assessment report on Agrimonia eupatoria L., herba.

3- Kamel Ghedira et Paul Goetz (2015). Agrimonia eupatoria L. (Rosaceae) : Aigremoine. Phytothérapie 13 (4): 250-254.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.