Olivier

L’olivier, c’est quoi ?

L’olivier (Olea europaea L.) est un arbre de la famille des Oleaceae. Il peut atteindre jusqu’à 8 m de hauteur. Son tronc est tortueux et à écorce grisâtre crevassé. Ses feuilles sont persistantes, coriaces et opposées, de coloration blanche argentée à la face inférieure et verte grisâtre à la face supérieure. Les fleurs sont petites, blanches, à quatre pétales et réunies en grappes dressées. Les fruits, les olives, sont des drupes ovoïdes, vertes puis noires à maturité, à noyau dur fusiforme.

Planche botanique de l'olivier
Planche botanique de l’olivier (Olea europea L.)

L’olivier est un arbre typiquement méditerranéen : L’aire d’extension de la culture de l’olivier définit l’aire biogéographique de la sphère méditerranéenne et du climat méditerranéen.

Quelles parties de l’olivier utiliser ?

Pour l’olivier, deux parties de l’arbre, aux propriétés thérapeutiques différentes, peuvent être utilisées : les feuilles et l’huile d’olive vierge.

huile d'olive et feuilles

Les feuilles d’olivier sont riches en séco-iridoïdes (oleuropéoside et ses dérivés, oléoside et ses dérivés et l’oléacéine qui est un aldéhyde sécoiridoïque non hétérosidique). Ces feuilles sont également riches en triterpènes tels que l’acide oléanolique et l’acide maslinique. Les feuilles contiennent aussi des composés phénoliques comme les flavonoïdes (lutéoline, kaempférol, myricétine et leurs glycosides) et les acides phénols (acide caféique, acide chlorgénique, acide coumarique et verbascoside).

L’huile d’olive vierge est l’huile grasse obtenue par pression à froid à partir de drupes mûres d’Olea europaea L. C’est un liquide limpide, transparent, jaune ou jaune vert.

L’huile d’olive vierge se compose d’une fraction saponifiable et d’une fraction non saponifiable: La fraction saponifiable, qui constitue 98 à 99 % de l’huile, se caractérise par une nette prédominance d’un acide gras mono-insaturé (l’acide oléique: 55 à 83%), un faible pourcentage d’acides gras saturés et un pourcentage acceptable d’acides gras polyinsaturés. La fraction insaponifiable (1 à 2%) se compose de plusieurs constituants en faible quantité (squalène, β-Carotène, tocophérols, ß-sitostérol, composés phénoliques…) mais qui sont responsables de certaines des caractéristiques les plus importantes de l’huile d’olive du point de vue culinaire et médicinale.

Quels sont les bienfaits de l’olivier ?

Huile d’olive

Des études épidémiologiques ont montré que la consommation de l’huile d’olive est associée à une diminution du risque de survenue de certaines tumeurs malignes et de certains types de cancer (colon, rectum, sein, prostate, pancréas, endomètre) d’environ 10 %. De même, le régime alimentaire méditerranéen dominé par la consommation quotidienne de l’huile d’olive a été identifié comme un modèle nutritionnel protecteur vis-à-vis des risques d’accidents cardio-vasculaires. En effet, l’huile d’olive diminue les niveaux de cholestérol total, du cholestérol LDL et de triglycérides plasmatiques et augmente le niveau du cholestérol HDL, protecteur et anti-athérogène.

Ces propriétés de l’huile d’olive sont dues à la présence des agents antioxydants tels que la vitamine E (α-tocophérol), les caroténoïdes et les composés phénoliques (des phénols simples comme l’hydroxy-tyrosol et des phénols complexes comme l’oleuropéoside.

Au niveau digestif, l’huile d’olive réduit le risque de reflux d’acidité de l’estomac vers l’œsophage (reflux gastro-œsophagien). En plus, elle exerce sur le système hépatobiliaire une action cholagogue (facilite l’évacuation de la bile vers l’intestin) et cholérétique (stimule la production de la bile par le foie) . Cette double action assure un drainage biliaire optimal et une vidange complète de la vésicule particulièrement utile dans la prévention et le traitement des dysfonctions des voies biliaires. Enfin, l’huile s’olive peut être utilisée pour traiter la constipation grâce à son effet laxatif lubrifiant.

L’huile d’olive pourraient contribuer à prévenir la perte de mémoire et le déclin des fonctions intellectuelles chez les personnes âgées saines. Une étude réalisée sur des personnes âgées ayant adopté un régime alimentaire riche en acides gras mono-insaturés, présents en particulier dans l’huile d’olive, a montré que ces personnes avaient une diminution du risque de déclin cognitif lié à lâge.

Feuilles d’olivier

Les feuilles d’olivier possèdent une activité hypotensive confirmée. Cette activité est due essentiellement à l’oleuropéoside qui présente un effet vasodilatateur coronarien : il augmente le débit sanguin au niveau coronarien. En plus, les produits de l’hydrolyse enzymatique des séco-iridoïdes sont responsables de l’inhibition de l’enzyme de conversion de l’angiotensine ce qui a pour effet, une action vasodilatatrice directe au niveau periphérique.

Les feuilles d’olivier possèdent également des effets hypoglycémiants et hypocholestérolémiants significatifs accompagnés d’une diminution du cholestérol LDL (mauvais cholestérol) qui sont dus probablement à l’oleuropéoside. L’activité antidiabétique pourrait s’expliquer par une potentialisation de la libération d’insuline par le glucose ou bien par une augmentation du recaptage du glucose au niveau périphérique.

Les études cliniques ont montré qu’après un traitement au long cours par les feuilles d’olivier, on observe une stabilisation de la tension artérielle chez des sujets présentant une hypertension modérée. Les feuilles peuvent également être utilisées comme traitement adjuvant dans les formes légères du diabète au cours de la grossesse ou en cas d’obésité.

Comment utiliser l’olivier ?

Les feuilles d’olivier sont utilisées par voie orale. On prépare un décocté en utilsant 10 g de feuilles fraîches ou 5 g de feuilles séchées dans 150 ml d’eau en décoction (on laisse l’eau bouillir pendant 10 minutes en contact avec les feuillles). Cette préparation peut être utilisée deux fois par jour (matin et soir) tous les jours.

L’huile d’olive est utilisée en cuisine. La bonne quantité est de 30 à 45 ml par jour, ce qui représente 2 à 3 cuillères à soupe d’huile d’olive. Il faut savoir qu’on peut cuisiner avec l’huile d’olive, à condition d’éviter de la soumettre à des températures élevées.

On peut aussi utiliser l’huile d’olive pour usage externe pour ses propriétés adoucissantes et émollientes.

Quelles précautions prendre avec l’olivier ?

L’utilisation de feuilles d’olivier ainsi que l’huile d’olive ne présente aucun danger.

Références

1- K. Ghedira (2008). L’olivier. Phytothérapie 6: 83–89.

2- Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2017). European Union herbal monograph on Olea europaea L., folium

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.