Alchémille

L’alchémille, c’est quoi ?

L’alchémille (Alchemilla vulgaris L. ou Alchemilla glabra Neygenf ou Alchemilla xanthochlora Rothm), appelée aussi pied de lion ou manteau de dame, est une plante vivace de la famille de Rosaceae. C’est une plante couvre sol que peut atteindre jusqu’à 40 cm de hauteur. Ses tiges et ses pétioles sont pourvus de poils abondants. Ses feuilles sont grandes, atteignant 8 cm de largeur, à face supérieure glabre, vertes et munies de 7 à 11 lobes peu profonds et dentés. Les fleurs sont assez petites, de couleur vert jaunâtre, réunies en cymes corymbiformes. Elles apparaissant de mai à août. Le fruit sec, qui est inclus dans le tube du calice, contient une graine. La souche racinaire est épaisse, brune et presque ligneuse.

Alchémille
Planche botanique de l’alchémille (Alchemilla vulgaris L.)

L’alchémille est abondante dans les pâturages humides, les bois d’Europe, Sibérie, Groënland, en Amérique du Nord et en Asie. Elle est absente en Méditerranée.

Quelle partie de l’alchémille utiliser ?

On utilise les parties aériennes fleuries séchées de l’alchémille pour leurs propriétés thérapeutiques.

Cette partie de la plante est riche en tanins hydrolysables (6% au minimum) tels que les gallotanins et l’ellagitanins : agrimoniine, lævigatine (dimères) et pédunculagine (monomère). On note aussi la présence de flavonoïdes (2 à 3%) et d’acides phénols.

Quels sont les bienfaits de l’alchémille ?

Les bienfaits de l’alchémille sont liés à sa richesse en tanins. Ces tanins présentent des propriétés antioxydantes puissantes et une activité antibactérienne intéressante surtout vis à vis de Staphylococcus aureus. Les tanins permettent aussi d’indiquer notre plante dans le traitement symptomatique des diarrhées légères.

On utilise l’alchémille par voie orale ou en usage externe pour le traitement des manifestations de l’insuffisance veineuse telles que les jambes lourdes et dans la symptomatologie hémorroïdaire.

Par voie locale, Alchemilla vulgaris est une plante cicatrisante en agissant sur la croissance des cellules épithéliales et des myofibroblastes. Elle présente également une action contre les aphtes.

Enfin, les effets empiriques sur le système hormonal (génital et thyroïdien) et ses effets en gynécologie ne semblent plus devoir être vérifiés. En effet, l’alchémille est un remède efficace contre les troubles gynécologiques (douleurs prémenstruelles, dysménorrhée, algoménorrhée, ménorragie…).

Comment utiliser l’alchémille ?

L’alchémille peut être utilisée par voie orale pour le traitement de la diarrhée et des troubles menstruels et par voie locale pour le traitement des aphtes et les manifestations de l’insuffisance veineuse (jambes lourdes, varices et crises hémorroïdaires)

Par voie orale, on prépare une infusion à base de la partie aérienne de la plante à raison de 2 à 3 g pour une tasse d’eau bouillante dans laquelle on laisse infuser dix minutes. On peut prendre jusqu’à 3 tasses par jour. L’alchémille peut être utilisée sous forme d’une teinture-mère à la dose de 100 gouttes, trois fois par jour dans un verre d’eau.

Pour l’usage externe, on prépare un décocté en faisant bouillir 40 g de la partie aérienne dans un litre d’eau. Cette préparation peut être utilisée en gargarisme, en bain de siège ou même ajoutée à l’eau de bain selon l’indication. Alchemilla vulgaris peut être utilisée pour la préparation de gels et de crèmes à la dose de 3 %.

Quelles précautions prendre avec l’alchémille ?

L’alchémille ne présente aucune toxicité aux doses recommandées. Aucune information n’a été signalé sur un risque pendant la grossesse ou l’allaitement.

Références

1- K. Ghedira et al. (2012). Alchemilla vulgaris L. : Alchémille (Rosaceae). Phytothérapie 10: 263–266.

2 pensées sur “Alchémille

  • 11 octobre 2019 à 23 h 58 min
    Permalink

    merci. dans quels zone retrouve-t-on cette plante en Afrique?

    Répondre
    • 12 octobre 2019 à 13 h 00 min
      Permalink

      Bonjour,
      Merci pour l’intérêt que vous portez à Phytomag.
      L’alchemille ne pousse pas en Afrique. Elle pousse dans les régions froides et humides d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.