Cassis

Le cassis, c’est quoi ?

Le cassis (Ribes nigrum L.), appelé aussi le groseillier noir, est un arbrisseau de la famille de Grossulariaceae. Il peut atteindre jusqu’à 2 m de hauteur. L’écorce du cassis est lisse et claire dans les phases juvéniles, rugueuse et foncée par la suite. Ses feuilles sont réunies en bouquets, alternes, pétiolées et généralement pentalobés, triangulaires et dentelées. La face supérieure de la feuille est verte foncée, et glabre contrairement à la face inférieure gris-vert clair, légèrement pubescente et à nervures saillantes.

L’inflorescence est une grappe pendante de cinq à dix fleurs et insérée dans l’aisselle des bourgeons. Les fleurs de cassis sont hermaphrodites (elles ont des pistils et des étamines). Elles sont en forme de petites cloches et de couleur vert-rougeâtre. Les bourgeons sont assez gros, peu écailleux, verts ou colorés, et recouverts de glandes pubescentes aromatiques. Le fruit est une baie appelée cassis sphérique et globuleuse avec un diamètre compris entre 10 et 15 mm, noire à calice marcescent. Sa saveur est aromatique, musquée et très fruitée. Les graines contenues dans chaque baie sont présentes en nombre variable ; ils sont petits, elliptiques et marrons, renfermant deux cotylédons et de l’albumen.

Planche botanique du cassis
Planche botanique du cassis (Ribes nigrum L.)

Le cassis est originaire du nord de l’Europe et de l’Asie. Il est surtout cultivé en Hongrie, en Pologne, en Roumanie et en France.

Quelles parties du cassis utiliser ?

Dans le cassis, on utilise les baies, les feuilles et les bourgeons.

La récolte des baies de cassis s’effectue généralement entre juin et juillet. Les baies sont riches en sucres (10 à 15%) et en acides organiques. Elles contiennent aussi des flavonoïdes, notamment des dérivés de flavonols, et surtout des anthocyanosides. Les concentrations en anthocyanosides des baies de R. nigrum varient selon le mûrissement et les données génétiques de chaque cultivar de cassis, des pays et de l’année de culture. Il faut noter que la quantité d’anthocyanosides augmente avec la maturité du fruit. Les baies de cassis sont également riches en vitamine C.

On peut obtenir, à partir de nombreuses graines présentes dans le fruit, une huile végétale (l’huile de pépins de cassis) avec un rendement qui peut atteindre le 30%. C’est une huile de couleur jaune, composée de nombreux acides gras. La plupart des acides gras présents dans l’huile sont insaturés, excepté les acides palmitique et stéarique qui représentent moins de 10% des acides gras totaux. On peut également noter la présence d’acide gamma-linolénique appartenant à la classe des omégas 6 et de deux acides gras appartenant à la classe des omégas 3 : l’acide alpha linolénique et l’acide
stéaridonique. L’huile de pépins de cassis est une des rares sources d’acide stéaridonique.

Les feuilles de cassis sont récoltées en juin, lorsqu’elles sont gorgées de sève. Elles sont ensuite mises à sécher. Ces feuilles sont riches en polyphénols tels que les flavonoïdes (1,5 % au minimum selon la pharmacopée française) et les tanins condensés (proanthocyanidols) et les tanins hydrolysables. Elles contiennent aussi des anthocyanosides mais en quantité inférieure à celle retrouvée au niveau des baies.

La récolte des bourgeons a lieu en hiver, de fin novembre à mi-février. Ces bourgeons contiennent environ 55% d’eau, des acides aminés (majoritairement glutamine et asparagine), quelques minéraux (potassium, magnésium, calcium, fer, manganèse et cuivre) . On retrouve également des flavonoïdes et seulement deux anthocyanidols qui sont le cyanidol et le delphinidol.

Les feuilles et les bourgeons contiennent une faible quantité d’une huile essentielle de couleur vert pâle. Cette huile essentielle de composition complexe et surtout riche en composés monoterpéniques.

Quels sont les bienfaits du cassis ?

La pratique médicale montre que la feuille de cassis et les bourgeons de cassis sont communément utilisés dans le traitement de l’inflammation et le traitement de fond des allergies : allergie cutanée (eczéma) ainsi que bronchique ou ORL.

Plusieurs études ont montré la capacité des extraits des feuilles et des bourgeons à diminuer l’inflammation chez lez Rats. Les proanthocyanidols sont responsables de cet effet anti-inflammatoire. En effet, les proanthocyanidols du cassis régulent les molécules d’adhérence intercellulaires exprimées à la surface des cellules endothéliales (ICAM-I et VCAM-I) et les autres molécules impliquées dans la cascade de l’inflammation et inhibent les cyclo-oxygénases notamment la COX-2.

Les feuilles de cassis possèdent aussi une activité diurétique avec élimination urinaire du sodium et du potassium semblable à celle trouvée avec le furosémide. Cette action salidiurétique peut expliquer l’effet anti-hypertenseur des extraits de feuilles de cassis.

Le fruit du cassis peut être utilisé dans des indications semblables à celles des extraits de myrtille. En effet, les flavonoïdes et les anthocyanosides de la baie de cassis ont un rôle de protection des parois vasculaires : les flavonoïdes possèdent des propriétés anti-oxydantes et les anthocyanosides une activité dite vitaminique P (diminution de la perméabilité et augmentation de la résistance capillaire). Ces propriétés permettent l’utilisation des baies de cassis pour le soulagement de troubles liés à l’insuffisance veineuse (jambes lourdes, varices et hémorroïdes) et la fragilité capillaire.

La consommation de baies est aussi conseillée en cas de grippe grâce à leur richesse en polyphénols (anthocyanosides et flavonoïdes) et en vitamine C.

En usage externe, l’huile de pépins de cassis est utilisée dans les produits externes à effet cosmétique contre la déshydratation, les peaux sèches et sénescentes. L’intérêt en cosmétique de cette huile vient notamment de sa richesse en omégas 3 et 6 comme dans l’huile d’onagre et de bourrache. L’acide stéaridonique (oméga 3) et l’acide gamma linolénique (oméga 6) présents dans l’huile de pépins de cassis ont la propriété d’hydrater et de nourrir la peau. La vitamine E anti-oxydante, également présente dans l’huile, combat les radicaux libres et redonne ainsi résistance et élasticité aux membranes cellulaires.

Comment utiliser le cassis ?

Les feuilles séchées de cassis sont utilisées pour la préparation de tisanes. Pour préparer une infusion, on utilise 2 à 4 g de feuilles séchées pour 200 ml d’eau bouillante. On peut boire cette préparation jusqu’à 3 fois par jour.

Le macérat glycériné de bourgeons 1 DH est utilisé à l’ordre de 150 à 200 gouttes par jour.

Les fruit de cassis sont surtout appréciés par les consommateurs pour leurs propriétés gustatives et leur valeur nutritive. Ces fruits font l’objet de nombreuses recettes culinaires pour accommoder les viandes leur apportant une saveur acidulée, dans de nombreuses pâtisseries (sablés, tartelettes, sorbets, glaces…), pour la préparation de confiture, gelée et compote et des boissons à base de cassis (jus de fruit, sirop, liqueur, et vinaigre).

Quelles précautions prendre avec le cassis ?

Le cassis n’y a ni toxicité, ni effets secondaires connus. Dans la grossesse et l’allaitement, aucune donnée n’est disponible.

Références

1- Ghedira K. et al. (2008). Ribes nigrum L. Phytothérapie 6: 125-128.

2- Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2017). European Union herbal monograph on Ribes nigrum L., folium

3- Stéphanie Gerbaka. (2013). Le cassis (Ribes nigrum L.) : études botanique, chimique et effets thérapeutiques. THÈSE PRÉSENTÉE POUR L’OBTENTION DU TITRE DE DOCTEUR EN PHARMACIE (Faculté de pharmacie de Grenoble).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.