Pivoine

La pivoine, c’est quoi ?

La pivoine ou plus correctement les pivoines sont les plantes du genre Paeonia, qui englobe une quarantaine d’espèces. Le nom Paeonia est la variante féminine d’un ancien dieu guérisseur des Grecs “Péon”. On va s’intéresser dans cet article aux deux espèces les plus connues pour leurs propriétés médicinales et qui sont mentionnées dans la pharmacopée chinoise et la pharmacopée japonaise :

  • Paeonia lactiflora Pall. (Pivoine de Chine)
  • Paeonia veitchii Lynch. (Pivoine de Veitch)

La pivoine de Chine et la pivoine de veitech sont des plantes herbacées vivaces de la famille des Paeoniaceae. Elles peuvent atteindre 80 cm de hauteur et se caractérisent par des racines volumineuse. Les feuilles sont divisées en trois folioles: les folioles de Paeonia lactiflora sont entiers alors que les folioles de Paeonia veitchii présentent 2 à 4 incisions.

La floraison des pivoines a lieu de avril à juin: Les fleurs de la pivoine de Chine sont blanches ou roses pour l’espèce sauvage et de couleurs variées chez les plantes cultivées à des fins ornementales, alors que les fleurs de la pivoine de veitch sont de couleur rouge magenta.

Planche botanique de la pivoine de Chine (Paeonia lactiflora)
Paeonia-veitchii-Pivoine-de-veitch
Planche botanique de la pivoine de veitch (Paeonia veitchii)

Ces deux espèces sont originaires d’Asie et cultivées dans plusieurs régions du monde.

Quelle partie de la pivoine utiliser ?

Les grosses racines de la pivoine sont le support de l’activité thérapeutique. Les racines séchées contiennent principalement des substances actives de type monoterpène. Elles contiennent des hétérosides monoterpéniques à squelette « en cage » de type pipane notamment le paeoniflorine, constituant majoritaire avec une proportion de l’ordre de 0.5 à 0.6 %.

On trouve d’autres constituants minoritaires comme les tanins galliques et les composés triterpéniques tels que le ß-sitostérol et le daucostérol.

Il existe une grande variation dans la teneur en constituants en fonction de la période de récolte et l’espèce en question.

Quels sont les bienfaits de la pivoine ?

La pivoine est une plante populaire en médecine traditionnelle chinoise. Elle est utilisée pout soulager les différentes douleurs comme les douleurs menstruelles et les douleurs inflammatoires. Elle est aussi indiquée pour le traitement de l’hypertension et de la dysenterie.

Les études cliniques sur des tisanes à partir de la racine de pivoine ne sont pas disponibles. Les études cliniques ont souvent été menées sur des extraits des glycosides totaux de pivoine, qui contiennent plus que 70% de paeoniflorine.

Le paeoniflorine, ainsi que d’autres composés présents dans les deux espèces de Paeonia possèdent un potentiel anti-inflammatoire et une activité immunomodulatrice. Les études in vitro ont montré que ces principes actifs agissent par différents mécanismes d’action comme la modulation directe des cytokines inflammatoires (interleukines, TNFα…) et la réponses inflammatoires à modulation indirecte via la régulation de l’expression de ARNm de cytokine et/ou protéines de signalisation cellulaire. Ces résultats encourageants ont été confirmé par les études cliniques. En effet, la plupart des essais cliniques réalisés sur l’Homme pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux systémique, le syndrome sec et le psoriasis ont montré une légère amélioration des symptômes suite à l’administration d’extrait de glycosides totaux de Paeonia seule ou en association avec d’autres médicaments. Généralement, cet extrait est utilisé à la dose de 600 mg/j pendant plusieurs semaines.

La pivoine a montré lors des essais réalisés sur des animaux des propriétés antiasthmatiques. Une étude a été réalisée en 2019 en vue de déterminer le pouvoir antiasthmatique que procure cette plante médicinale. Ils ont administré un extrait de racines de l’espèce Poenia lactiflora à différentes doses journalières à des souris déjà sensibilisées à l’ovalbumine. Cet extrait s’est avéré efficace en cas d’asthme par une inhibition de dégranulation des mastocytes au niveau pulmonaire. Il réduit par ailleurs l’hyperréactivité bronchique, diminue l’infiltration des cellules immunitaires (éosinophiles, neutrophiles…) au site inflammatoire et contribue à une réduction du taux de cytokines et chimiokines tel que TNF-α, IL-4, les éotaxines. Tous ces mécanismes sont en faveur d’un pouvoir antiasthmatique relatif à cette plante médicinale. Cet effet thérapeutique est dose-dépendant.

Mise à part ces propriétés pharmacologiques, la pivoine possède des propriétés hépatoprotectrices, antibactériennes, antifongiques et antivirales constatées chez le modèle animal et lors des études in vitro.

Comment utiliser la pivoine ?

En médecine traditionnelle, on utilise la pivoine sous forme d’une poudre de racine séchée à la dose de 6 à 12 g par jour.

On peut aussi utiliser la pivoine sous forme d’une teinture à la dose de 1 ml (20 gouttes), jusqu’à trois fois par jour. On fabrique cette teinture alcoolique en utilisant l’éthanol 25% comme solvant d’extraction, à l’ordre d’une partie de poudre de racine pour 3 parties de solvant.

Quelles précautions prendre avec la pivoine ?

La pivoine, prise dans les limites de doses thérapeutiques, ne présente pas un danger. Mais, certains effets indésirables peuvent apparaitre notamment d’ordre digestif tels que les nausées, les vomissements et la diarrhée. Des cas d’allergie suite à la consommation de la pivoine ont été rapporté dans la littérature.

En se basant sur les études de toxicité chez les souris, il s’est avéré que la pivoine possède une action abortive. Donc par précaution, la consommation de la pivoine est contre-indiquée chez les femmes enceintes.

Enfin, certaines études ont montré qu’il existe une interaction médicamenteuse entre la pivoine et quelques médicaments surtout les antibiotiques et les antiépileptiques. Il faut donc éviter de prendre ces médicament en même temps que les préparation à base de Poenia.

Références

1- Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2015). Assessment report on Paeonia lactiflora Pall. and Paeonia veitchii Lynch, radix (Paeoniae radix rubra).

2- Shefton Parker et al. (2016). A Pharmacological Review of Bioactive Constituents of Paeonia lactiflora Pallas and Paeonia veitchii Lynch. Phytotherapy Research 30 (9).

3- Shou Q et al. Total glucosides of peony improve ovalbumin-induced allergic asthma by inhibiting mast cell degranulation. J Ethnopharmacol. 2019;244:1-8.

4- World Health Organization. WHO monographs on selected medicinal plants. Genève: WHO; 1999.

2 réflexions sur “Pivoine

  • 25 avril 2021 à 6 h 32 min
    Permalien

    Svp 1ml est équivalent de 20 gouttes de compte homéopathique ou compte gouttes officinales

    Répondre
    • 27 avril 2021 à 0 h 05 min
      Permalien

      Bonjour,
      Merci pour votre intérêt à PhytoMag.
      Concernant votre question, je ne connait pas la différence entre un compte-goutte officinal et un compte-goutte homéopathique. Dans l’article, je parle du compte-goutte classique qui est intégré généralement au bouchon d’un flacon compte-goutte et dont une goutte d’une solution aqueuse ou hydroalcoolique correspond approximativement à 0,05 ml.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.