Rhodiole

La rhodiole, c’est quoi ?

La rhodiole (Rhodiola rosea L.) ou (Sedum Rhodiola DC.), appelée aussi “orpin rose”, est une plante herbacée vivace de la famille des Crassulaceae. C’est une plante glabre qui pousse en touffe et qui peut atteindre 30 cm de hauteur. Ses feuilles, qui stockent l’eau, sont épaisse, charnues, aplaties et de couleur vert-bleuâtre.  La rhodiole est dioïque c.à.d les plantes mâles et femelles sont séparées. Ses fleurs sont verdâtres, jaune terne ou rougeâtre. Dans les fleurs mâles, les étamines ont un filament tubulé alors que dans les fleurs femelles il n’ y a pas d’étamines. La partie souterraine est un rhizome épais et ramifié, qui s’élève au dessus du sol. Enfin, le fruit est un follicule rougeâtre droit.

Planche botanique de la Rhodiole
Planche botanique de la Rhodiole (Rhodiola rosea L.)

La rhodiole pousse dans les régions montagneuses et froides de l’hémisphère nord. On la trouve en Russie, en Scandinavie et au Canada d’ou son nom “Ginseng de toundra”. En France, on peut la trouver dans les Alpes, les Pyrénées et les Vosges.

Quelle partie de la rhodiole utiliser ?

En thérapeutique, on utilise la partie souterraine séchée de la rhodiole qui dégage en la séchant une odeur de rose. Cette partie souterraine contient plusieurs classes de substances actives. On note essentiellement la présence des glycosides dérivés du phényléthanol ou phénylpropane qui sont spécifiques de la rhodiole et responsables de ses propriétés médicinales tels que le p-tyrosol, le salidroside, la rosavine, la rosarine, la rosine et la triandrine…

On note aussi la présence d’autres métabolites secondaires comme les acides phénols (acide caféique, acide chlorgénique…), les flavonoïdes (herbacétine, gossypetine, kaempférol, rhodiosine,  rhodaline,  rhodiolgine…) et les tanins ainsi qu’une huile essentielle avec un rendement de 0,05%. Il s’agit d’une huile essentielle dont la composition varie selon le lieu et les conditions de culture de la plante.

Quelles sont les bienfaits de la rhodiole ?

La rhodiole est connue depuis longtemps pour ses propriétés adaptogènes. En effet, les extraits standardisés de la racine de Rhodiola rosea permettent de mieux résister aux conditions de stress et réduire la fatigue générale.

Au niveau mental, ces extraits permettent l’amélioration de capacités mentales. Des essais cliniques randomisés et en double aveugle ont permis de confirmer la capacité de cette plante à permettre aux étudiants en période d’examen et aux militaires de garder leurs performances cognitives en terme de mémoire à court terme, association d’idées, calcul, capacité de concentration et vitesse des perceptions audio-visuelles.

Au niveau psychique, la rhodiole peut réduire les symptômes accompagnants la dépression tels que l’insomnie et l’instabilité émotionnelle.

C’est au niveau de l’amélioration de performances physiques que la rhodiole exprime tout son potentiel. Il faut savoir que pendant la guerre froide, tout l’élite sportive russe consommait la rhodiole. Ces athlètes soviétiques ont dominé pendant cette période tous les grands événements sportifs.

Plusieurs mécanismes sont impliqués dans l’amélioration de performances physiques : des études réalisés sur des animaux (chiens et rats) ont montré que la rhodiole permet une diminution de la consommation d’oxygène par le myocarde ainsi qu’une baisse de la résistance des artères coronaires avec également un abaissement du rythme cardiaque et de la pression artérielle. D’autres études ont montré que Rhodiola rosea active la synthèse de l’ATP dans les mitochondries de muscles squelettiques et stimule le processus de réparation énergétique après un exercice intense.

Chez l’Homme, la supplémentation en rhodiole permet de réduire les dommages musculaires suite à des exercices aérobies intenses chez des athlètes entraînés. En outre, la racine de la rhodiole a la capacité de diminuer la fréquence cardiaque et d’abaisser la perception de la fatigue au cours d’exercices d’endurance de haute intensité.

Comment utiliser la rhodiole ?

La rhodiole est administrée par voie orale sous forme d’une infusion ou une forme pharmaceutique sèche (comprimé ou gélule).

Pour la préparation d’une infusion, on utilise 5 g de notre plante pour une tasse d’eau bouillante. On boit le contenu de la tasse tout au long de la journée en le répartissant sur 3 à 5 fois. On peut diluer cette infusion dans un jus de fruit ou une autre boisson pour un meilleur goût.

L’extrait sec  est obtenu en utilisant 2 à 5 parties du rhizome séché de rhodiole pour une partie d’éthanol 70%.  Cet extrait est utilisé pour la préparation de formes pharmaceutiques sèches tels que les gélules ou les comprimés à l’ordre de 200 mg par dose unitaire, une à deux fois par jour.

Quelles précautions prendre avec la rhodiole ?

La rhodiole est une plante qui ne présente pas une toxicité particulière mais par manque de données on évite de l’administrer aux enfants ainsi qu’aux femmes enceintes et allaitantes. Cette plante est aussi contre-indiquée chez les personnes bipolaires qui ont tendance à développer des épisodes maniaques quand on leur administre des antidépresseurs ou des stimulants.

Références

1- Nathalie MOUGIN. (2011). Thèse “L’ORPIN ROSE (Rhodiola rosea): DE SON UTILISATION TRADITIONNELLE VERS UN AVENIR THÉRAPEUTIQUE. UNIVERSITE HENRI POINCARE – NANCY 

2- Committee on Herbal Medicinal Products. (2012). Community herbal monograph on Rhodiola rosea L., rhizoma et radix

3- Sellami. M et al. (2018). Herbal medicine for sports: a review. Journal of the International Society of Sports Nutrition 15:14 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *